Israël et Palestine : la question sans solution ? (III)

Israël et Palestine : la question sans solution ? (III)

Le droit de premier occupant peut être contesté au peuple juif, qui avait conquis Canaan très brutalement, derrière Josué, autant qu’au peuple arabe. L’histoire particulièrement tourmentée de cette terre paradoxalement fertile à la fois en guerres tribales microscopiques et en croyances religieuses qui comptent dans le monde, nous apprend que le droit a finalement peu de place dans les relations entre les peuples et les nations. Même lorsqu’il prévaut, c’est toujours parce qu’un rapport de forces favorable l’accompagne. Il n’en reste pas moins vrai que les nations chrétiennes ont leurs territoires et leurs capitales, que les catholiques ont le Vatican, que les nations musulmanes ont également leurs capitales, à l’exception de la Palestine, si tant est que ce soit une nation, et que la communauté islamique a ses deux villes saintes. Le peuple hébreu, la communauté juive, accablés de persécutions et d’exodes, ont une exigence compréhensible de posséder un Etat qui les protège sur un territoire indépendant et qui peut être défendu. Voilà l’enjeu. Que le lieu où ce souhait se réalise, soit celui qui est inscrit au coeur de la foi et de la tradition entretenues pendant des millénaires par les héritiers des royaumes d’Israël et de Juda, revêt une légitimité symbolique suffisamment forte pour lui accorder la priorité. Ni Madagascar, ni la République autonome juive du Birobidjan, au bout de la Sibérie, ne pouvaient répondre à cet appel venu du fond des âges. Le rapport de forces à l’issue de la seconde guerre mondiale, aussi bien à l’ONU que sur le terrain, a rendu cette revendication non seulement légitime, mais possible. La victoire du nazisme l’aurait éteinte. La situation actuelle, avec le poids international pris par les pays musulmans et leurs organisations comme l’OCI, d’une part, et le grand nombre d’Etats issus de la décolonisation, d’autre part, rendrait le processus beaucoup plus difficile.

Israël a introduit la communauté juive dans le concert des nations. Son identité persistante, son désir de trouver dans la terre « promise », qui fut aussi celle où s’est déroulée la partie essentielle de son histoire et qui devient la patrie où elle peut protéger ses membres, ont justifié la Déclaration Balfour favorable à la création d’un Foyer national juif en Palestine, et sa mise en oeuvre à travers la Conférence de San Remo et le traité de Sèvres lors du démembrement de l’Empire ottoman. L’immigration juive en Palestine a d’abord été encouragée. Elle a permis aux juifs qui étaient 85 000 en 1914 d’être 650 000 en 1946, à la veille de l’indépendance. L’opposition et la résistance des Arabes au processus ont été constantes. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, les Britanniques ont été confrontés à un dilemme : ou empêcher l’arrivée de nouveaux migrants pour ne pas soulever la colère arabe et en subir la double conséquence d’augmenter le terrorisme juif et d’apparaître inhumains à l’égard des rescapés de la Shoah, ou déclencher, comme en 1936, une révolte arabe à laquelle se joindraient les pays voisins. Comme en Inde, le gouvernement travailliste a laissé faire, et dans les deux cas, la séparation entre deux Etats en guerre s’est effectuée dans le sang : Inde et Pakistan, Israël et Jordanie, soutenue par les pays arabes voisins. 1948, 1956, 1967, 1973, 1982 ont été les grandes étapes d’un conflit permanent dont les données ont profondément changé. Israël a quadruplé sa population, mais malgré « l’Aliya », le « retour », le pourcentage des juifs diminue de 87% à 74% entre 1950 et 2016. Les perspectives démographiques ne rendent donc guère possible le retour massif de Palestiniens. Le pays est à la fois petit et puissant, trop petit pour ne pas être fragile stratégiquement, trop puissant pour ne pas être capable de faire payer très cher une agression. Il possède l’arme nucléaire, et son obsession d’empêcher un ennemi de l’obtenir est pour lui vitale. Par ailleurs, c’est un pays riche, développé, et dynamique jusque dans des secteurs de pointe. Une synergie entre ses voisins et lui pourrait être bénéfique à l’ensemble, comme l’Egypte et la Jordanie l’ont compris.

On dira que sur un plan humain, le retour « chez elles » de populations déplacées il y a 70 ans est plus logique, dans la mesure où il y a encore des personnes âgées qui en font partie, que celui d’une diaspora millénaire. Cet aspect de la question a peu de poids face à la réalité, notamment démographique. Israël existe et est prêt à tout pour persévérer dans cette existence conquise de haute lutte, qui met à l’abri de persécutions les juifs qui le souhaitent. Il est d’ailleurs assez humiliant pour la France qu’un certain nombre de ses ressortissants soient amenés à se réfugier en Israël pour fuir l’insécurité qu’ils subissent dans notre pays en raison d’un nouvel « antisémitisme » suscité par l’islamisme. La reconnaissance d’Israël par les Etats arabes est une étape nécessaire à la solution du problème. Le fait que les ennemis d’Israël soient aujourd’hui plus les islamistes que les Arabes a malheureusement accru la difficulté, avec le rôle grandissant de l’Iran et de la Turquie qui furent des alliés de l’Etat hébreu avant que les islamistes chiites ou sunnites ne prennent le pouvoir à Téhéran et à Ankara. La Syrie est le dernier Etat arabe frontalier à être en guerre avec Israël. Le gouvernement syrien, baassiste, c’est-à-dire nationaliste, a, semble-t-il, vaincu les islamistes et l’on pourrait imaginer qu’il finisse par rejoindre les signataires de paix. Sans doute est-ce un point qui a été abordé entre Vladimir Poutine et Benjamin Netanyahou lorsque ce dernier est allé à Moscou. La Russie est le seul pays à entretenir des relations avec l’ensemble des acteurs régionaux, et notamment à la fois positives avec Israël où les juifs russes sont très nombreux et avec la Syrie qu’elle a sauvée du chaos. Son rôle peut donc être crucial. Néanmoins, l’autre allié de la Syrie, l’Iran est devenu le premier ennemi d’Israël, et le principal soutien, non seulement du Hezbollah, mais aussi du Hamas. Les Palestiniens « laïques » se sont battus aux côtés de l’armée de Bachar al-Assad contre les islamistes. Autrement dit, Damas ne pourra retrouver sa capacité de manoeuvre en faveur de la paix qu’une fois sa pleine souveraineté sur l’ensemble de son territoire pleinement restaurée et que l’ensemble des armées étrangères, notamment turque et iranienne se seront retirées, à l’exception des deux bases russes. C’est ce que les Occidentaux ne semblent pas avoir compris.

Enfin, l’hypothèse des deux Etats est stratégiquement inenvisageable pour Israël. A cette opposition rationnelle s’ajoute celle plus sentimentale qui provient de l’histoire. Les territoires occupés correspondent à la Judée-Samarie, autrement dit davantage aux anciens royaumes juifs que la côte, le pays des Philistins. Cette inversion géographique dans le partage est un motif de plus de le rendre discutable. Le statu quo actuel risque donc de se prolonger longtemps tant que l’Occident et la Russie n’auront pas trouvé une synergie capable d’imposer une solution.

Autres articles

6 Commentaires

  • Isaïe , 22 Mai 2018 à 10:06 @ 10 h 06 min

    En fait, il est nécessaire de bien relire les prédictions de la Bible.
    Une prédiction qui me trouble un peu est celle de Balaam (Nombres ch.24v.17-19). Là nous voyons que ce ne sera pas Israël qui gouvernera les nations mais son Roi: YHWH lui-même, celui qui a pour nom “Parole de Dieu” (Apocalypse 19.13). Le Sionisme est le mouvement qui a donné naissance au retour d’Israël. Les palestiniens étant musulmans ne peuvent pas comprendre que ce mouvement est voulu par le Dieu de la Bible. Ils ne peuvent pas savoir que certaines prophéties de l’Ancien Testament ne peuvent être réalisées que par le peuple israélite installé sur la terre de ses ancêtres (Zacharie ch.12.10; Ezéchiel ch.37, de nombreux textes de l’Apocalypse et des paroles du Christ). Le Coran ne donne pas ces précisions, et à l’image des doctrines d’une certaine partie de la chrétienté, ils croient qu’Israël a été complètement rejeté par Dieu. En fait la question que vous posez dans ce titre: Israël et Palestine : la question sans solution ? (III)
    provient essentiellement de l’Islam et des concéquences de la doctrine hégémonique et anti Judéo-Chrétienne de cette religion

  • André , 22 Mai 2018 à 10:23 @ 10 h 23 min

    Je le trouve bien cet édito. D’ailleurs tout est vérifiable que ce soit dans la bible ou les archives dites de l’histoire officielle que nous ont laissées les historiographes et historiens.
    Je ne connais pas l’histoire comme Monsieur Vanneste et c’est déplorable pour moi, ce n’était pas ma tasse de thé. Il n’y a que onze ans que j’ai rassemblé quelques bribes pout essayer d’y comprendre quelque chose. Si j’aime bien mes arabes (ou berbères), c’est parce que j’ai vécu avec eux de nombreuses années, je connais donc leur façon de penser, d’agir et j’ai compris que tout repose sur l’éducation car j’en ai formé des centaines qui ont une autre vision de ceux qui ne reçurent jamais une éducation saine…
    Bref toutefois, dès mes débuts de commentateur, je ne cessais de faire constater ce qui me vaut des foudres de tous côtés, on donne un désert aux juifs ils le transforment en un Eden. On donne un pays aux musulmans ils le transforment en désert, ce qui est du reste très vérifiable (cela me vaut ma comparution en justice)
    Pour reprendre un mot du grand Charles, le peuple juif est un peuple d’élite sûr de lui-même…. maintenant son ambition ardente…..
    Je vais abréger car je pourrai m’étendre aussi, une certaine partie du peuple juif est très racistes, très orgueilleux, égoïstes, ils ne veulent pas de sang mêlé.
    Ensuite le rejet du Messie Jésus, provoquera que cette région ne connaîtra jamais la paix, jusqu’à l’apothéose, l’avènement. D’ailleurs si l’on décrypte bible, apocalypse tout se rénovera dès la troisième guerre mondiale à cause d’Israël qui fut déjà annoncé par Daniel il y a plus de 2500 ans. La troisième guerre mondiale se déclenchera par le conflit de la maison d’Israël et la Perse ( à cause du foyer sioniste compliqué par les illuminatis….). Soulignons quand même que bibliquement et historiquement Israël n’existe pas, c’est la Palestine. Rappelons quand même qu’avant 1948, la majorité du peuple palestinien est composé d’un mélange de juifs et de musulmans. Ce qu’il y a d’horrible quand même est que depuis 14 siècles les musulmans ne prennent pas femme par amour… mais par 100 coups de fouet (! ! ! ). D’un autre côté une catégorie de juifs, ne valent guère mieux avec leur talmud, et c’est même parfois pire encore. Quoi qu’il en soit, cette troisième guerre qui arrive est inévitable, l’homme ne peut plus arrêter le processus. Jérusalem est le point focal, le foyer convergent (c’est mathématique) de toute parabole.
    J’ai commencé à comprendre tout cela il y a onze ans en commençant à découvrir les mensonges de l’histoire, des coups de pouce que j’ai reçu… Ils ne veulent pas de moi…. la création est mienne, ce n’est pas à la créature de décider quelle race a le droit de vivre ou être exterminée…. Ne juge pas ceux qui ne te comprennent pas….. Je veux les coeurs par amour et non par l’épée……Enfin une parole de Jésus à sa messagère d’il y a au moins 400 ans, je régnerai quand même malgré mes ennemis…..
    J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais c’est un peu long… Patience, attendre que les événements s’accomplissent et savoir choisi son camp.

  • André , 22 Mai 2018 à 12:03 @ 12 h 03 min

    Isaïe 22 Mai 2018 à 10:06 at 10 h 06 min l==> Je confirme tout ce que nous dit le Commentateur Isaïe, avec quelques détails quand même ‘” Les palestiniens étant musulmans ne peuvent pas comprendre que ce mouvement est voulu par le Dieu de la Bible'” l==> Musulmans par le sabre. Dans ces palestiniens des juifs croisés avec des romains et surtout ensuite de force pendant des siècles par les arabo-musulmans. Je préférerai peuple israélien à la place de israélite (israélite a une consonance anti-Christ) “‘Le Coran ne donne pas ces précisions'” l==> Le coran est un plagiat déformé de tout et n’importe quoi. J’y ai retrouvé des citations d’Homère, des contes des mille et une nuits. Raison pour laquelle il faut expliquer le coran sans prendre position uniquement en posant des questions sur les contradictions, les inepties, ça les aide à ouvrir les yeux. Le vrai problème viendra que Jésus ne fut pas reconnu. …”‘La FOI catholique fleurira dans tout l’Univers, excepté en Palestine, pays de malédiction où doit naître l’Antéchrist…'” l==> De nos jours c’est Israël, ce que je ne cesse de publier depuis des années. Revoir ma vidéo (André)Israël veut nous sortir le massiah. La stratégie de Jésus, il laisse agir, j’ai collecté des dizaines de messages en ce sens diffusés depuis des siècles, car son avènement n’arrivera que pour combattre son rival en laissant régner celui-ci quelque temps. Raison pour laquelle la troisième guerre mondiale se déclarera à cause d’Israël et du monde arabo-musulman. ‘”…les juifs dont la masse ne se convertira qu’après la mort de la Bête, entreront dans l’Eglise latine… ‘” l==> Mais les sionistes anti-Christ, refuseront de se convertir; il n’en parle pas. Etrange également il ne parle pas de mes arabes, Jésus est formel, je ramènerai à moi ceux qui ne font pas encore partie de ce troupeau? Des enfants d’Ismaël.

  • André , 22 Mai 2018 à 12:40 @ 12 h 40 min

    Voici une vidéo, pas véritablement hors sujet. Bien sûr je pourrais en discuter, mais il y a tellement à dire. Je vous laisse découvrir et que chacun comprenne avec son coeur.
    https://www.youtube.com/watch?v=-OvFM8E83UY&t=318s

  • André , 22 Mai 2018 à 12:42 @ 12 h 42 min

    Voici une vidéo, pas véritablement hors sujet. Bien sûr je pourrais en discuter, mais il y a tellement à dire. Je vous laisse découvrir et que chacun comprenne avec son coeur. Ma vidéo passe-t-elle?

    https://www.youtube.com/watch?v=-OvFM8E83UY&t=318s

  • Droal , 22 Mai 2018 à 12:43 @ 12 h 43 min

    Entendons ce que saint Paul – L’APÔTRE DES NATIONS – écrivait AUX ROMAINS :

    « Dieu n’a pas rejeté le peuple que d’avance il a discerné.

    Ou bien ignorez-vous ce que dit l’Ecriture à propos d’Elie, quand il s’entretient avec Dieu pour accuser Israël: Seigneur, ils ont tué tes prophètes, rasé tes autels, et moi je suis resté seul et ils en veulent à ma vie!
    Eh bien, que lui répond l’oracle divin? Je me suis réservé 7000 hommes qui n’ont pas fléchi le genou devant Baal.

    Ainsi pareillement aujourd’hui il subsiste un reste, élu par grâce.

    Mais si c’est par grâce, ce n’est plus en raison des oeuvres; autrement la grâce n’est plus grâce.

    Que conclure? Ce que recherche Israël, il ne l’a pas atteint; mais ceux-là l’ont atteint qui ont été élus. Les autres, ils ont été endurcis, selon le mot de l’Ecriture: Dieu leur a donné un esprit de torpeur: ils n’ont pas d’yeux pour voir, d’oreilles pour entendre jusqu’à ce jour.

    David dit aussi: Que leur table soit un piège, un lacet, une cause de chute, et leur serve de salaire!
    Que leurs yeux s’enténèbrent pour ne point voir, et fais-leur sans arrêt courber le dos!

    Je demande donc: serait-ce pour une vraie chute qu’ils ont bronché? Certes non! mais leur faux pas a procuré le salut aux païens, afin que leur propre jalousie en fût excitée.

    Et si leur faux pas a fait la richesse du monde et leur amoindrissement la richesse des païens, que ne fera pas leur totalité!

    Or je vous le dis à vous, les païens, je suis bien l’apôtre des païens et j’honore mon ministère, mais c’est avec l’espoir d’exciter la jalousie de ceux de mon sang et d’en sauver quelques-uns.

    Car si leur mise à l’écart fut une réconciliation pour le monde, que sera leur admission, sinon une résurrection d’entre les morts?

    Or si les prémices sont saintes, toute la pâte aussi; et si la racine est sainte, les branches aussi.

    Mais si quelques-unes des branches ont été coupées tandis que toi, sauvageon d’olivier tu as été greffé parmi elles pour bénéficier avec elles de la sève de l’olivier, ne va pas te glorifier aux dépens des branches. Ou si tu veux te glorifier, ce n’est pas toi qui portes la racine, c’est la racine qui te porte.
    Tu diras: On a coupé des branches, pour que, moi, je fusse greffé.

    Fort bien. Elles ont été coupées pour leur incrédulité, et c’est la foi qui te fait tenir. Ne t’enorgueillis pas; crains plutôt.

    Car si Dieu n’a pas épargné les branches naturelles, prends garde qu’il ne t’épargne pas davantage.

    Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu: sévérité envers ceux qui sont tombés, et envers toi bonté, pourvu que tu demeures en cette bonté; autrement tu seras retranché toi aussi.

    Et eux, s’ils ne demeurent pas dans l’incrédulité, ils seront greffés: Dieu est bien assez puissant pour les greffer à nouveau.

    En effet, si toi tu as été retranché de l’olivier sauvage auquel tu appartenais par nature, et greffé, contre nature, sur un olivier franc, combien plus eux, les branches naturelles, seront-ils greffés sur leur propre olivier!

    Car je ne veux pas, frères, vous laisser ignorer ce mystère, de peur que vous ne vous complaisiez en votre sagesse: une partie d’Israël s’est endurcie jusqu’à ce que soit entrée la totalité des païens, et ainsi tout Israël sera sauvé, comme il est écrit: De Sion viendra le Libérateur, il ôtera les impiétés du milieu de Jacob.

    Et voici quelle sera mon alliance avec eux lorsque j’enlèverai leurs péchés.
    Ennemis, il est vrai, selon l’Evangile, à cause de vous, ils sont, selon l’Election, chéris à cause de leurs pères.

    CAR LES DONS ET L’APPEL DE DIEU SONT SANS REPENTANCE.

    En effet, de même que jadis vous avez désobéi à Dieu et qu’au temps présent vous avez obtenu miséricorde grâce à leur désobéissance, eux de même au temps présent ont désobéi grâce à la miséricorde exercée envers vous, afin qu’eux aussi ils obtiennent au temps présent miséricorde.

    Car Dieu a enfermé tous les hommes dans la désobéissance pour faire à tous miséricorde.

    O abîme de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu!

    Que ses décrets sont insondables et ses voies incompréhensibles!

    Qui en effet a jamais connu la pensée du Seigneur?
    Qui en fut jamais le conseiller?
    Ou bien qui l’a prévenu de ses dons pour devoir être payé de retour?

    Car tout est de lui et par lui et pour lui. A lui soit la gloire éternellement! Amen. »

    Israël, ce petit David, qui se bat sans cesse pour ne pas être anéanti par le grand Goliath des peuples arabes de l’Islam. Israël et Ismaël…

    ENTENDONS ENCORE L’APÔTRE NOUS PARLER DE SA PATRIE DANS CETTE LETTRE AUX ROMAINS :

    « J’éprouve une grande tristesse et une douleur incessante en mon coeur.

    Car je souhaiterais d’être moi-même anathème, séparé du Christ, pour mes frères, ceux de ma race selon la chair, eux qui sont Israélites, à qui appartiennent

    l’adoption filiale,
    la gloire,
    les alliances,
    la législation,
    le culte,
    les promesses
    et aussi les patriarches,

    et de qui le Christ est issu selon la chair,
    lequel est au-dessus de tout,
    Dieu béni éternellement!

    Amen. »

Les commentaires sont fermés.