Mal garé ? Mal barré ! Les automobilistes cernés de toutes parts

Mal garé ? Mal barré ! Les automobilistes cernés de toutes parts

Depuis le 1er janvier 2018, la loi confie aux communes le contrôle du stationnement payant… et les recettes qui vont avec. Pour gagner le plus d’argent possible, la plupart des grandes villes françaises font appel à des entreprises privées qui sanctionnent à la chaîne les resquilleurs. Pression au chiffre ? Leurs méthodes parfois radicales, comme le contrôle automatisé par des véhicules bardés de caméras, déclenchent la colère des riverains. Erreurs aberrantes, excès de zèle, escroqueries et même violences : les couacs se multiplient. Quant aux salariés de ces entreprises, certains dénoncent une pression au chiffre et affirment être envoyés au casse-pipe :

Autres articles

2 Commentaires

  • le réel , 26 Oct 2018 à 12:19 @ 12 h 19 min

    rendant visite à une dame à l’hôpital en travaux je me suis garé comme les autres prenant soit de ne pas gêner la circulation ni des voitures ni des piétons, j’ai pris un PV comment les autres! le prix de ma bienveillance!

    certains jours il est difficile de ce garer autour de cet hôpital de petite ville de province, avec les travaux cela est devenu impossible! La municipalité mal géré par des socialistes se reflue comme elle peut!

  • danvas46 , 26 Oct 2018 à 13:04 @ 13 h 04 min

    En tant que habitant de Deauville, j’ai le droit à une carte de stationnement payante – 25 €/mois – que j’affiche de manière visible à l’intérieur du véhicule. En 2017 j’ai trouvé à deux reprises un ticket blanc sur le pare-brise m’informant que j’allais être poursuivi pour non-paiement du stationnement. Muni de la carte de stationnement j’ai été voir la Police Municipale qui a annulé à chaque fois ces contraventions. Depuis 2018 j’ai de nouveau été verbalisé à deux reprises pour les mêmes faits et dans les mêmes circonstances mais cette fois-ci par écrit. Mes demandes écrites d’arrêt des poursuites ont été rejetées à chaque fois dans les 24 heures ce qui m’a obligé à m’adresser à la commission compétente de Limoges non sans avoir payé au préalable l’amende… Ma première réclamation vient d’être rejetée pour un vice de forme – contestable – et j’attends le rejet – probable – de la deuxième pour voir si ça a du sens de continuer, la prochaine étape étant un pourvoi en cassation – pour 25 €! La Police Municipale se trompe en votre détriment, la justice prétend qu’il manquait une pièce au dossier pourtant présente au départ, bref, notre Administration fait n’importe quoi, comment voulez-vous qu’on la respecte!

Les commentaires sont fermés.