L’Italie refuse d’ouvrir ses ports à un navire transportant 310 envahisseurs

L’Italie refuse d’ouvrir ses ports à un navire transportant 310 envahisseurs

Le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini a refusé d’accéder à la demande de l’ONG espagnole immigrationniste Proactiva Open Arms de laisser accoster son navire transportant 310 clandestins :

Autres articles

3 Commentaires

  • Melisenda , 27 Déc 2018 à 17:07 @ 17 h 07 min

    L’ONG espagnole immigrationniste Proactiva Open Arms n’a toujours pas compris la politique menée par Salvini que je salue au passage pour son courage et sa détermination à ne pas accepter une telle traite d’êtres humains sous couvert d’humanisme.

  • Tonio , 27 Déc 2018 à 18:35 @ 18 h 35 min

    D’où viennent-ils ?
    Ils ne sont pas tous des enfants en bas âge, pour la plupart ce sont des adultes, comment sont-ils parvenus à sortir de leur pays: passeport, carte d’identité, sauf-conduit? Qui leur a fourni de papiers?
    Les ONG impliquées et non-caritatives pratiquent un business à grande échelle, car elles n’ont rien d’œuvres de charité et elles gagnent leur vie à coup de 5000.00 € par passager (dit-on).
    Salvini a raison de mettre fin, côté italien, à une véritable Opération “Coke en stock”.
    Macron, plus cynique que jamais, se déclarait, au “nom de la France”, prêt à accueillir tous ces immigrants, il n’en a reçu que quelques dizaines, moins de 50 en tout cas, et se moque de la légalité de ces mouvements migratoires, les a-t-il encore négociés à Marrakech, et au Tchad par Benalla déguisé en ministre plénipotentiaire ?
    Et qui en Afrique rassemble et envoie vers les côtes ces candidats au voyage européen ?
    A croire qu’en Afrique il n’y a plus d’Etats, plus d’administrations, plus de frontières… et pourtant l’on ne cesse de déverser des milliards d’aides sur ce continent le plus riche de la planète…En Italie, pas de pétrole, pas d’uranium, pas d’or, pas de diamant, pas de coltan, pas de …
    La surpopulation africaine est un problème africain, pas italien.

  • BISTOUILLE POIROT , 27 Déc 2018 à 19:57 @ 19 h 57 min

    Je suis espagnol, je porte secours à un immigré (+) perdu en mer. je sais que l’Italie est plus proche de mon bateau que ne l’est l’Espagne et c’est donc bien ce critère qui m’a décidé à demander de l’aide à l’Italie, mais je savais qu’elle refuserait. mais bien sûr, j’allais l’oublier, c’est à la Tunisie encore plus proche que j’aurais dû demander de l’aide. OUAUIS mais on ne va quand même pas épargner Salvini !
    (+) “immigré” pas “migrant”. un immigré entre et ne sort pas. un migrant va et vient. Nous avons donc bien affaire à des “immigrés” et ce changement de vocabulaire en usage depuis plusieurs mois est utilisé pour nous bourrer le mou !

Les commentaires sont fermés.