La France dénaturée

La France dénaturée

Si notre pays n’échappe pas aux pollutions diverses qui endommagent l’équilibre écologique planétaire, et si l’on parle beaucoup de pollutions atmosphériques, sonores ou visuelles, il y a en une dont on ne parle jamais et qui est, pourtant, la conséquence d’un trop important apport exogène de populations venues d’ailleurs : la pollution de nos valeurs et de nos lois républicaines, tissées par des siècles de culture chrétienne.

Partout, la gangrène communautaire déséquilibre notre “écosystème” social et met à mal les relations d’interdépendance des énergies de toutes les couches de la population, indissociablement nécessaires au bon fonctionnement de toute société normalement constituée. Plus un coin de nos cités ou de nos quartiers, n’est épargné. L’arrogance, l’incivilité et la délinquance (quelquefois meurtrière) s’installent, avec l’aval de certains élus, gauchos de la République, qui “niquent” la France, mais aussi avec d’autres, plus sournois, qui organisent le délitement de nos valeurs : les élites autoproclamées du politiquement correct. Celles qui fabriquent la désinformation, qui triturent les statistiques et qui, au final, croient à leurs mensonges. Celles, aussi, qui prônent le mariage pour tous, la théorie du genre et du sexe neutre. Sans oublier, les diverses associations “caritatives” spécialisées dans l’accueil de tous les déviants, divers et variés, clandestins compris.

En refusant de voir les interrogations et les désagréments que le communautarisme suscite chez nos concitoyens, tous ces bien-pensants organisent la dénaturation de notre pays. S’ils veulent nous faire croire que “l’immigration est une chance pour la France”, comme ils disent, c’est parce que cette immigration ne les concerne pas : ils habitent là où il y a le moins de peuplements ou de concentrations hétéroclites. Loin du mixage ethnique obligatoire. Pour eux, l’immigration est choisie et ils ne voient que l’aspect positif du brassage des cultures, ou, pour les plus perfides, le profit économique qu’ils peuvent en tirer. À court terme ! Un jour, eux aussi, seront submergés par le problème…

Personne ne peut nier que l’immigration ait été, pendant longtemps, une ressource économique importante et que l’apport de cultures différentes est toujours intéressant… culturellement. Tant qu’il ne s’agissait pas de culture incompatible avec nos principes démocratiques chrétiens. Car c’est là où le bât blesse : comment intégrer – souvent, elles s’y refusent – des populations soumises à une religion qui a édicté un code, la Charia, supposé supérieur à toute loi humaine ? Qui dit quoi, sur l’égalité, la fraternité et la liberté ? Que pour un musulman convaincu, l’égalité n’est possible qu’entre musulmans ; le non-musulman est inférieur, et la femme, aussi ! Que la fraternité n’existe qu’entre frères… musulmans ! Et que la liberté, chez nous, individuelle et inaliénable, ne se conçoit, dans l’Islam, que subordonnée à la communauté. Ces trois notions structurantes de notre société, “liberté, égalité, fraternité”, sont totalement inconnues et incompréhensibles pour les adeptes de la Charia.

Le président, Macron, peut toujours aller rompre le jeûne du Ramadan avec les “savants” de l’Islam et prêcher que cette religion sera, un jour, compatible avec la République, il n’en reste pas moins que la majorité des instances représentatives de l’Islam et des mosquées de France ont, récemment, rejeté “la charte de l’imam”, qui prônait le respect de la laïcité et des lois de la République, le dialogue interreligieux et le rejet de toutes violences au nom de Dieu. On se demande bien pourquoi ? Pourtant, elle avait été rédigée par le CFCM (Conseil français du culte musulman)…

Et pendant ce temps-là, la France s’apprête à accueillir encore plus de migrants venus des pays du Maghreb…

Claude PICARD

Autres articles

12 Commentaires

  • HuGo , 29 Juin 2017 à 6:20 @ 6 h 20 min

    C’est l’épine dorsale de toute Reconquista…Vivre nos valeurs façonnées par l’apport plus que multiséculaire véhiculé par tant de générations nourries des valeurs catholiques sublimant les valeurs celtes et gréco-romaines.
    Nous ne venons pas de nulle part ou de n’importe où ; nous ne surgissons pas de peu.

  • Alain , 29 Juin 2017 à 6:35 @ 6 h 35 min

    Bonjour,je suis tout à fait d’accord,mais que de parlottes !!!! Voilà belle lurette que je lis ce genre de propos,je me répète,que je partage,mais diable,à quand un meneur,une tête pour mettre enfin en application toutes ces belles idées telle la reconquista ???
    La France finie par ressembler au Kosovo,alors qui ???

  • André , 29 Juin 2017 à 7:08 @ 7 h 08 min

    En lisant ces lignes sans les approfondir, j’en reviens toujours à mes premières réflexions d’il y a une dizaine d’années lorsque mon travail de chercheur révisionniste m’a fait découvrir tout le pot aux roses. Pourquoi les français n’ont-ils jamais réagi alors que le projet de vouloir détruire la France fut visible depuis des lustres, des décennies. Il est vrai que moi aussi j’aurais pu tout découvrir. Mais depuis cette saloperie de guerre d’Algérie, que je n’ai toujours pas digérée, j’avais prêté serment de ne jamais m’occuper de politique et par conséquent je votais toujours enveloppe vide pour être sûr ne pas me tromper..Jusqu’au jour où en 2007-2008 j’ai découvert tout le pot aux roses, car le comble de toute l’histoire est que les politiques qui simulent se chamailler en haut de l’échelle sont au courant depuis au moins la révolution de 1968 de ce qui se trame. Par conséquent ils sont complices… Donc il faut arrêter de croire que les vessies sont des lanternes…
    Le pire arrive et l’on ne peut plus arrêter ce char infernal. Tous ces politiques de tous bords ont réussi à provoquer une déculturation et comme je l’ai constaté et mon diagnostic est consolidé, les français sont devenus des sans QI.

  • Charles , 29 Juin 2017 à 7:57 @ 7 h 57 min

    Débat sur France Culture entre Renaud Camus et le remplaciste Hervé Lebras.
    Débat animé par Finky, parfois faux cul, mais contré avec brio par Camus.

    Remarque-Parler d’immigration dite de remplacement par opposition à immigration de travail est encore un contre sens: Il faut opposer la clandestinité de remplacement
    (ou invasion de remplacement) par opposition à immigration de travail.
    Le terme “immigration ” porte un sens historique des années 50/70 qui est lié au travail et à la légalité de ces mouvements, opposé à l’invasion des clandestins, sans droit ni titres.

    Aussi sur le sujet piège de la haine “méchante”qui serait ressentie par les méchants (nous) face aux gentils occupants (eux).
    Camus sait contrer cette manip des mots en notant que il n’y a aucune haine dans ses ouvrages. Simplement il signale que nous avons le droit de ressentir de la colère face
    aux nouvelles troupes d’occupation. Il souligne l’aspect enfantin et grotesque
    de la formule consacrée des bobos ” vous n’aurez pas ma haine”, donc “vous avez mon accord”

    Remarque-Il ne signale pas assez le fait que les troupes d’occupation sont à notre charge.
    plus précisément, elles sont à la charge des actifs cotisants (et non des dealers)
    qui eux mêmes ne peuvent bénéficier de la redistribution de ces cotisations.
    Essentiellement, les AF (à compter du 2eme enfant) et l’APL ( sous le seuil de 1.700/mois).
    Donc un couple au double smic (2.300 net en banque) ne peut avoir son premier enfant ( faute d’AF) ni toucher d’APL (car au dessus du seuil de 1.700)
    Il faut donc aborder le sujet dans sa dimension monétaire:
    A savoir, d’une part les cotisations obligatoires et d’autres part les allocations conditionnelles. Il faut se souvenir que notre société chrétienne, en particulier Française, est conçue sur le principe de la redistribution pour éviter les excès, tels que les mourants couchés dans la rue ou les drogués et les fous à l’abandon.
    Certes, nous trouvons beaucoup de gaulois clochardisés en France (et aucun clandestins) mais ceci n’est pas encore au niveau de certains pays d’outre atlantique construits sur le protestantisme.
    Ce principe de cotisation/redistribution suppose une volonté réelle de cotiser.
    Il se trouve que nous observons la croissance d’une population étrangère, souvent illégale, et n’ayant aucune antériorité cotisante (cotizero) face à un magnifique cumul d’allocation.

    Une première solution consiste à installer pour chaque adulte, des comptes de cotisations cumulées (charges salariales et employeurs) et des comptes de allocations (AF & APL & Divers).

    http://www.lesinrocks.com/2017/06/27/actualite/malaise-france-culture-quand-finkielkraut-invite-renaud-camus-11959600/

  • Charles , 29 Juin 2017 à 8:34 @ 8 h 34 min

    Débat Onfray,Chevénement, Debray.
    Magnifique mauvaise foi de Onfray sur les “religions monothéistes” a compter du point 36 mn.
    Pour Onfray, le personnage du Christ n’a aucune réalité historique,
    et il n’a jamais lu une seule étude globale sur le linceul de Turin-Lirey.

    De nombreux athéo-agnostiques ne contestent pas l’existence historique d’un personnage atypique, nommé “Jesus”, tout en lui refusant sa nature religieuse (ce qui est leur droit).
    Le fait que Onfray en soit encore à nier les évidences archéologiques et scripturales
    est tout simplement l’expression d’un blocage pathologique.
    On peut croire à l’historicité sans croire à la divinité.
    Pour ce qui est du passage à l’écriture, il fait une grosse bourde en oubliant les conditions historiques de la transmission de l’écriture. Ce sont les premiers missionnaires chrétiens venus de Rome et de Palestine qui sont venus enseigner/transmettre aux Gaulois le message christique associé à l’apprentissage de l’écriture.
    Les Gaulois ne savaient ni lire ni écrire ce qui fut fatal pour la transmission de leur culture.
    Il n’y avait pas de missionnaires juifs pour convertir les Gaulois animistes/polythéistes.
    Pour ce qui est des prêcheurs musulmans, à compter de 640, l’apprentissage des européens du sud se faisait par le sabre pour une partie d’entre eux, les autres étaient des esclaves.

    https://www.youtube.com/watch?v=4hwQbGgjRm8

  • PETILLON , 29 Juin 2017 à 10:32 @ 10 h 32 min

    Excellent article d’André dont je partage complètement l’analyse, donc, je ne vais pas changer quoi que ce soit, je dis une chose, les Français sont coupables de ce qui arrive dans notre pays, et petit à petit, ils ne se rendent même pas compte qu’ils se font foutre hors de leur pays, leurs petits enfants pourront leur dire merci.

  • François2 , 29 Juin 2017 à 10:41 @ 10 h 41 min

    Jean Schmitt l’avait bien dit en 1986, en trois mots : “génocide, démence, suicide” (> tapez pour détails).

Les commentaires sont fermés.