Aux urgences psychiatriques, le confinement laisse des traces

Aux urgences psychiatriques, le confinement laisse des traces

L’incidence des états dépressifs, des troubles du sommeil et de l’anxiété ont augmenté au cours de cette année de crise du Covid-19. Jeudi 26 novembre, l’Unité d’accueil et d’orientation (UNACOR), soit les urgences psychiatriques du centre hospitalier du Rouvray, près de Rouen, a ouvert ses portes à la caméra du HuffPost pour témoigner de cette situation :

Articles liés

1Commentaire

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Zouzou , 29 novembre 2020 @ 22 h 52 min

    Le confinement sur les personnes âgées est un désastre. Je le constate chaque jour davantage sur mon vieux père, qui commence à gatouiller malgré nos efforts pour le stimuler. Je n’ose imaginer les dégâts sur les anciens peu entourés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *