Barrage de Vouglans : le scénario catastrophe

Barrage de Vouglans : le scénario catastrophe

Le 14 août dernier, dans un effroyable tremblement, une partie du pont Morandi, à Gênes, s’effondre. Bilan : 43 morts, ensevelis sous les gravats. D’autres gigantesques ouvrages de béton vieux de 50 ans sont-ils menacés ? Cette catastrophe pourrait-elle survenir en France ? “Envoyé spécial” (France 2) a enquêté sur le barrage de Vouglans, dans le Jura : un géant de 430 mètres de large pour 130 mètres de haut, dont la construction a été achevée en 1968. Une terrifiante réaction en chaîne Un barrage sous haute surveillance. Car depuis Fukushima, l’Etat a établi noir sur blanc, chiffres et cartes à l’appui, un scénario catastrophe. Que se passerait-il si le barrage de Vouglans cédait sous le poids des 600 millions de mètres cubes d’eau qu’il retient ? Une réaction en chaîne apocalyptique à peine imaginable…

Autres articles

1 Commentaire

  • André , 27 Oct 2018 à 10:26 @ 10 h 26 min

    Je vais essayer de par mes médiocres connaissances d’apporter quelque explication. Un tout petit rappel bien connu des candidats au bachot la pression hydrostatique par sa forme simplifiée est P = mgh. Avec P, pression; m, masse volumique de l’eau ; g, accélération de la pesanteur au lieu considéré et h, la hauteur de l’édifice.
    Avant la rupture ce n’est pas la réserve du lac artificiel qui inquiète sur la poussée du barrage (ici 600 millions de m^3, qu’il y en ait 10 milliards cela ne change en rien la pression exercée sur le barrage). Revoir les travaux de notre français Blaise Pascal et de l’italien Toricelli
    En gros dans l’ancien système cgs, 10 mètres d’eau = 1 bar ; donc ici en appliquant la relation ci-dessus énoncé on obtient avec g = 10 m/s², 130 bars ou en transcrivant dans le système MKSA ou SI (loi international depuis 1973, 130 000 hectopascals à vous de traduire la force en newtons. Voici en gros sauf erreur de ma part.
    Dans un édifice de cette envergure, d’ailleurs c’est signalé dans la vidéo, c’est la pression exercée sous le barrage, qu’ils appellent ici sous-pression.
    L’homme fait des prouesses, mais bien souvent il ne tient pas compte des réactions de la nature. La rupture d’un barrage dans le temps n’est pas forcément dû à l’homme mais une légère omission de sa part. Notre planète, la terre est une planète vivante. Des phénomènes imperceptibles, la terre bouge, quelques millimètres à quelques centimètres par an. Le phénomène de la dérive des continents est de nos jours bien connu.. Maintenant un séisme non prévu même de quelques magnitudes peut avoir raison de cet edifice. Or les séismes vont s’accélérer, la planète va être refondue pour une nouvelle création…… Et personne ne se doute de rien.
    Pour ce qui est du barrage de Malpasset je ne vais pas m’y étendre mais beaucoup, y compris des experts allemands, penchent pour un acte terroriste du FLN. Ce n’est pas impossible, mais cela demande une bonne connaissance scientifique, où savoir poser les explosifs afin d’obtenir la meilleure efficacité..Demandez conseil à ceux qui se sont occupés des tours de New York en 2001.

Les commentaires sont fermés.