Les États-Unis ne renouvellent plus leurs générations

Le taux de natalité aux États-Unis a chuté de 2,08 enfants par femme en 2008 à 2,01 en 2009. Les générations ne se renouvellent donc plus. La croissance démographique n’est due qu’à l’immigration. Cette chute du taux de naissance touche toutes les composantes ethniques aux États-Unis entre 2008 et 2009 : Blancs (- 2,8 %), Indiens/Natifs d’Alaska (- 3,5 %), Noirs (- 3,9 %), Asiatiques (- 4,8 %), Hispaniques (- 4,8 %). Au cours de chacune de ces années, le nombre d’avortements légaux signalés (la loi n’obligeant pas à ce signalement, le nombre est évidemment sous estimé) se monte à un peu plus de 1,2 million.

Source : Population Reference Bureau.

Autres articles

3 Commentaires

  • Roman Bernard , 5 Avr 2011 à 9:09 @ 9 h 09 min

    Il y a, rapporté à la population, plus d’avortements aux États-Unis qu’en France… alors que la pratique religieuse y est plus forte. Étonnant… et en effet inquiétant.

  • Eric Martin , 5 Avr 2011 à 9:47 @ 9 h 47 min

    J’ai pu constater aux Etats-Unis la présence de populations plus conservatrices qu’en France (beaucoup de familles nombreuses, en banlieues et dans des petites villes, de jeunes qui se définissent comme “conservative” ou “very conservative”) mais aussi plus “libérales” (au sens américain du terme) dans les grands centres urbains. Il y a vraiment deux Etats-Unis.

  • Budelberger , 5 Avr 2011 à 12:19 @ 12 h 19 min

    Le nombre d’enfants par femme n’est pas le taux de natalité.

    Bobard d’or oublié : En France, à chaque annonce annuelle d’une natalité explosive, les journaux TV ne nous présentent des reportages qu’avec des poupons roses ; il suffit d’entrer dans une Caisse d’Allocations familiales pour voir que la couleur y est plus soutenue.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen