Michele Bachmann : un pas de plus vers l’investiture républicaine ?

Par Benoît Toussaint, membre de l’Institut Coppet, rédacteur au Bulletin d’Amérique et responsable de la Réunion des blogueurs

La représentante conservatrice du Minnesota Michele Bachmann a annoncé avoir levé près de 2,2 millions de dollars depuis le mois de janvier, loin devant les autres responsables du mouvement. La nouvelle égérie du Tea Party pourrait profiter de cette performance pour annoncer sa candidature à l’investiture républicaine dès le mois de juin.

On peut dire que c’est une nouvelle qui n’est pas passée inaperçue, loin s’en faut. « Impressionnant », commentaient même certains médias américains. La représentante conservatrice Michele Bachmann, figure de proue du Tea Party, a réussi à lever près de 2,2 millions de dollars au cours du premier trimestre 2011. Son chef de cabinet, Andy Parrish, a déclaré que son comité de campagne au Congrès a récolté 1,7 million de dollars entre janvier et mars, tandis que 500 000 dollars supplémentaires proviendraient de son comité d’action politique au niveau fédéral. Même Mitt Romney, autre star du parti républicain, n’a pas fait aussi bien, avec 1,9 millions de dollars. Idem pour le représentant du Texas Ron Paul, qui n’a récolté qu’un million de dollars. Alors que les prémices de la campagne présidentielle se font sentir, cette nouvelle tombe à point nommé pour la représentante du Minnesota qui pourrait annoncer sa candidature à l’investiture républicaine au mois de Juin.

Une nouvelle génération conservatrice

La ville de Des Moines, dans l’Iowa, accueillait la semaine dernière un comité d’action politique conservateurs (Conservative Principles PAC). C’était l’occasion pour un certain nombre de grandes figures du GOP de tester leur popularité auprès de leurs troupes. Pour la centaine de militants venus écouter certains des politiciens les plus en vue, le choix du champion ne faisait aucun doute : c’est elle. Michele Bachmann a reçu l’ovation la plus appuyée après avoir déclarée que les électeurs étaient prêts à renverser la nouvelle loi fédérale sur la santé et vaincre M. Obama lors du prochain scrutin national, l’année prochaine.

Cette belle femme n’a pas son pareil pour charmer l’auditoire. Peut-être est-ce son allure élégante, ou le bleu intense de ses yeux. A 58 ans, c’est une militante de longue date. A l’instar de Sarah Palin, Sharron Angle ou Christine O’Donnell, elle fait partie de cette nouvelle génération de femmes politiques qui est en passe de faire du mouvement conservateur « la force politique la plus puissante des Etats-Unis », selon le media Politico. Ancienne avocate, spécialiste des litiges fiscaux, Michele Bachmann s’est faite élire dès 2001 au Sénat du Minnesota, puis en 2006, elle est devenue la première femme siégeant à la Chambre des représentants de l’état. Elle a été réélue triomphalement en 2008.

Priorité : abroger l’ “Obamacare

« Stop spending money you don’t have », martelait la représentante du Minnesota lors d’un récent discours sur la colline du Capitol à Washington. Défenseur acharné du marché libre et des principes de la constitution, elle est rapidement devenue l’’une des stars du mouvement  Tea Party. Proche des idées du mouvement avant même que celui-ci ne voit le jour, elle a d’ailleurs créé le groupe parlementaire du même nom à la Chambre des représentants afin de « promouvoir une fiscalité responsable », « protéger la Constitution », « exiger un budget équilibré » et « limiter le gouvernement ». Sa priorité aujourd’hui ? « L’abrogation de l’Obamacare ». Elle n’a d’ailleurs pas hésité à critiquer les républicains, qui n’ont pas immédiatement signé la fin de la réforme du système de santé. Interviewée par Jennifer Rubin du Washington Post, elle déclarait que le budget 2012 devrait préparer de « vrais coupes et pas simplement ralentir l’aggravation du déficit ». Selon elle, l’administration du président américain n’a pas fait le bon diagnostic de l’économie et a perdu toute crédibilité.

Elle ferait passer « Richard Nixon pour un membre des jeunes démocrates » et « Georges Bush pour un homme de gauche », disait d’elle l’ancien président Bill Clinton en octobre dernier. Bush Jr. maintenait en effet des liens étroits avec la droite religieuse de la Bible Belt, dont les positions s’avèrent souvent peu favorables au non-interventionnisme fédéral prôné par le mouvement Tea Party. Aussi, les prises de positions tranchées de Michele Bachmann ne lui ont pas valu que des amitiés. Elle avait d’ailleurs déclenché une polémique en octobre 2008 en demandant à ce que la Chambre des représentants enquête sur l’anti-américanisme d’un certain nombre de parlementaires et surtout du Président Obama. Elle avait alors été accusée de Maccarthysme. « Si l’on regarde les amis qu’a eu Barack Obama dans sa vie, cela pose la question de savoir en quoi il croit réellement et quelles sont ses valeurs », déclarait-elle dans l’émission Hardball sur la chaîne MSNBC. En mars dernier, elle s’attirait les railleries des commentateurs en inversant le New Hampshire et le Massachusetts.

Une candidate potentielle sous haute surveillance…

Au sein même de son parti, les avis des responsables conservateurs oscillent entre mépris et méfiance à son égard. Le consultant politique républicain Mike Murphy la qualifiait de  personnage « loufoque » dans les colonnes du Time. Certains commentateurs pensent qu’elle pourrait arriver en troisième position derrière deux autres figures et tenter de faire peser ses idées dans la campagne, sans réellement pouvoir l’emporter. Toutefois, un récent sondage la plaçait en première position, largement devant les 11 politiciens qui pourraient s’engager dans la campagne pour les présidentielles. Les futurs candidats sont prévenus, donc. Et le GOP pourrait bien se dirige vers un duel Palin-Bachamnn pour l’investiture…

Du même auteur: Obamacare: du triomphe à l’impopularité

Cette page est produite par l’Institut Coppet et le Bulletin d’Amérique.

Autres articles