L’aumônier en chef de la Marine U.S. promeut la célébration des “mariages gay” à bord

Dieu merci ! – si je puis dire – l’aumônier en chef de la Marine U.S., le contre-amiral Mark L. Tidd, est un presbytérien… Mais la reptation qu’il vient de manifester devant la folie obamaesque de l’abrogation du Don’t Ask Don’t Tell, montre assez bien que la vérité intangible de la foi chrétienne n’est pas chez les presbytériens.

Par une directive adressée à tous les aumôniers de la Marine U.S. – y compris donc les aumôniers catholiques –, Mark L. Tidd vient de leur recommander de procéder à bord et dans les chapelles affectées au culte, aux “mariages” gay, à la condition, toutefois, que les “époux” soient originaires d’États où le “mariage” gay est reconnu. À lire cette directive, il semble, « qu’à raison des croyances [propres à certaines] organisations religieuses », l’obligation n’en soit pas faire aux aumôniers catholiques dont on sait, par avance, qu’il ne procéderont jamais à un si scandaleux travestissement du mariage.

Me revient à la mémoire un petit poème de Jacques Prévert, écrit en manière de haïku, intitulé « L’Amiral » :

L’amiral Larima
Larima quoi
la rime à rien
l’amiral Larima
l’amiral Rien.

Autres articles

2 Commentaires

  • Villard JL , 11 Mai 2011 à 9:17 @ 9 h 17 min

    Tandis que la natalité restera soutenue parmi les populations soumises à Allah, voilà qui va contribuer à précipiter un peu plus vite l’occident dans le giron de l’Islam.

  • SAINT MARTIN Louis , 11 Mai 2011 à 9:54 @ 9 h 54 min

    Les seuls “mariages” homos (laissons le terme de “gay” à ceux qui non contents de violer les lois naturelles, saccagent aussi notre langue) les deux seuls “mariages homos” dont l’Histoire nous a laissé le souvenir (à ma connaissance), sont ceux de l’empereur Néron d’illustre et sordide mémoire.
    Il se “maria” d’abord avec un de ses solides centurions et il était la “mariée”couvert de voiles pudiques. Plus tard il se “remaria” avec un jeune esclave. Cette fois-ci il était “l’époux”!
    Dans les années 80 si chères à note gauche – spirituellement corrompue jusqu’à la moëlle – Hubert Monteilhet, invité de l’émission “Apostrophes” après la sortie de son livre “Néropolis” avait affirmé que nous vivions des “temps néroniens”.
    Au grand scandale des autres invités…
    Trente ans plus tard on se dit que Monteilhet, bon prophète, était pourtant loin du compte.

Les commentaires sont fermés.