Le Liberator, pour libérer le peuple de l’oligarchie

Le week-end dernier, Cody Wilson, un étudiant libertarien de 25 ans, a mis en ligne les plans du Liberator, un pistolet composé de seize pièces, dont quinze en plastique peuvent être produites à domicile à l’aide d’une imprimante 3D. Objectif avoué, à l’heure où l’État fédéral américain ne cache même plus qu’il est policier ? “Donner le pouvoir aux gens (…) pour créer un nouvel ordre”, “partout où il y a un ordinateur et une connexion internet, il y aura la promesse d’un pistolet.” Résultat : en 72 heures, 100 000 plans ont été téléchargés (par des Américains mais aussi, dans l’ordre, par des Espagnols, des Brésiliens, des Allemands, des Britanniques…) le site visité par 540 000 internautes et la vidéo de présentation (infra) vue 3,1 millions de fois. Le nom Liberator n’a pas été choisi par hasard, il rend hommage au FP-45 Liberator, destiné et envoyé par les États-Unis aux résistants au siècle dernier, et dont la propagation derrière les lignes ennemies avait pour objectif de saboter le moral des troupes d’occupation.

Censure. Le Département américain chargé de veiller à l’application de la loi sur le commerce international des armes a obtenu vendredi que le plan soit retiré de defcad.org, un site géré par l’association texane Defense Distributed, à laquelle appartient Cody Wilson, le temps de vérifier s’il sont conformes ou non avec les droits sur l’exportation et le règlement sur le trafic d’armes international. Defense Distributed explique sur la page d’accueil de son site que “jusqu’à nouvel ordre, le gouvernement des États-Unis se réserve le droit d’information” sur le Liberator dont l’impression par le grand public reste théorique : l’imprimante 3D qui a permis sa production (Stratasys Dimension SST) vaut 8 000 dollars et n’est pas accessible au grand public. Pour l’instant…

Droit à l’autodéfense. En attendant, le plan est disponible gratuitement sur The Pirate Bay qui prévient déjà : “The Pirate Bay a opéré pendant près de dix ans sans retirer un seul fichier torrent à cause de la pression extérieure. Et ce n’est pas aujourd’hui que cela va commencer”. Sentant le coup venir, l’oligarchie tente depuis plusieurs mois d’effrayer le bon peuple : Cody Wilson a été classé en décembre 2012 par Wired.com 15e personne la plus dangereuse des États-Unis, les congressmen (démocrates) de New York Steve Israel et Chuck Schumer s’inquiètent publiquement du fait que l’arme puisse être à dessein produite à 100% en plastique, donc indétectable, France 24 affirme que les djihadistes comptent se servir de cette technologie (la menace terroriste comme prétexte à des atteintes aux libertés individuelles, comme après le 11 septembre 2001 ou dans la prélogie Star Wars)… Pas sûr non plus que la NRA, qui représente les fabricants d’armes, soutienne l’impression à domicile de pistolets. C’est finalement dans ces moments qu’on se rend compte que personne, à part le peuple lui-même, n’a vraiment intérêt à ce qu’il reprenne le pouvoir !

Lire aussi :
> Bientôt, il sera possible d’imprimer son arme à feu pour se défendre contre les délinquants et l’État 
Deux lecteurs sur trois prêts à acquérir une arme à feu au marché noir
Le devoir d’être armé… Aux armes, citoyens ! par Pierre-François Ghisoni

Autres articles

14 Commentaires

  • A. , 10 Mai 2013 à 22:37 @ 22 h 37 min

    Si on ne veut pas d’état policier chez vous, la 1ère étape est de continuer la lutte contre la loi Taubira et tolérance zéro avec les pratiques anti-démocratiques.

  • eric_baudaux , 10 Mai 2013 à 23:01 @ 23 h 01 min

    La démocratie a précisément pour vocation de “donner le pouvoir aux gens”. Il est vrai que le sens de ce noble projet a été sournoisement détourné de l’objectif, pourtant clairement énoncé par le terme même, imaginé par les grecs de l’antiquité. La volonté de vouloir réserver aux fraudeurs, le sort qui fût celui d’un “Duce”, est par conséquent de plus en plus répandue. Les populations sembleraient maintenant occupées à se donner les moyens de mettre en œuvre, un mode opératoire “pour créer un nouvel ordre”. Il est pourtant regrettable que les moyens évoqués soient aussi radicaux et portés par un pistolet “Liberator”. Il faudrait idéalement essayer de considérer que la démocratie contemporaine pourra voir le jour, sans que le recours à la violence physique soit requis. Il n’est cependant plus possible de nier, au fil des jours qui passent, qu’un tel avènement devient urgentissime!

  • P E S T , 11 Mai 2013 à 7:18 @ 7 h 18 min

    Eric, il n’est peut être pas nécessaire d’utiliser la violence pour se faire entendre, la menace est souvent suffisante. Regarde à l’échelle des gouvernements : l’arme atomique n’est heureusement pas utilisée mais elle existe. A l’échelle de l’individu ça marche aussi, dans une cour de récréation les petits ne vont pas ennuyer les grands. Alors quand on a affaire à un gouvernement qui se permet de ne plus respecter le peuple, quand seuls les malfrats peuvent se promener avec des armes de plus en plus redoutables, avant-hier des couteaux, hier des armes de poing, aujourd’hui des kalshnikov et des lances roquettes, il est NORMAL que le petit peuple se pose des questions. Est-ce la bonne solution ? Je ne l’affirme pas (encore) ? Faut-il en arriver là ? Idem. Ce n’est pas encore une certitude mais petit à petit…

  • François desvignes , 11 Mai 2013 à 8:19 @ 8 h 19 min

    Miaou, miiaou

    Et canigou ronron de la pensée unique.

    Je vous signale quand même que nous sommes en guerre.

    Et que ceux qui nous la font nous tirent dessus à balles reelles.

    Les balles ne sont pas toujours en plomb (ou en cuivre) , le plus souvent sous forme de lois et règlements.

    Ce sont pourtant des balles bien reelles puisqu’elles nous tuent.

    il est donc de notre Droit naturel de nous défendre, nous et les nôtres, par tous moyens.

    Et d’abord les balles reelles, quand les voies légales nous sont injustement fermées.

  • mulot , 11 Mai 2013 à 8:39 @ 8 h 39 min

    d’accord

  • diego , 11 Mai 2013 à 16:21 @ 16 h 21 min

    L’état policier c’est maintenant!!! On est en plein dedans.

  • A. , 11 Mai 2013 à 16:27 @ 16 h 27 min

    Ceux qui sont disponibles sont invités à venir le 14 mai devant Anti-France TV à 12h, pour défendre la liberté des journaleux de filmer ce qu’ils veulent.

Les commentaires sont fermés.