États-Unis : Les protestants sous la barre des 50%, les non-affiliés en hausse

Le pourcentage des Américains protestants est passé sous les 50% en 2012 (à 48%, -2 points), signale le Pew Research Center dans son étude annuelle, tandis que les non-affiliés frôlent les 20%, un niveau encore jamais atteint.

La situation des protestants n’est pas la même selon les courants : les évangéliques blancs (plutôt conservateurs) semblent mettre un terme à leur léger recul de ces dernières années et gagnent un point entre 2011 et 2012 (19%) tandis que le protestantisme historique (plutôt progressiste) s’effondre de deux points sur un an (15%) et de 3 points sur 5 ans. Les noirs évangéliques, eux, sont en recul d’un point (8%) mais stables depuis 2007.

Les catholiques stagnent aussi par rapport à 2007 (-1 point, perdu entre 2011 et 2012) à 23%.

Ce qui est nouveau, c’est l’émergence rapide (+4,3 points en cinq ans pour atteindre 19,6% en 2012) des non-affiliés, répartis comme suit : 6% d’athées et d’agnostiques et 14% de “sans dénomination”. 88% d’entre eux ne sont pas en recherche d’une foi qui leur conviendrait. Les non(affiliés représentent 32% des jeunes de moins de 30 ans contre seulement 9% des Américains de 65 ans et plus.

Cette évolution semble en fait être une clarification : alors qu’en 2007, 60% des Américains ne se rendant jamais ou rarement à un service religieux se décrivaient comme appartenant à une tradition religieuse particulière, ils ne sont plus que 50% en 2012. Pour résumer, plus qu’autrefois, ils considèrent qu’on ne peut pas être chrétien sans pratiquer et en tirent les conclusions qui s’imposent.

Les non-affiliés représentent 26% de la population de l’Ouest des États-Unis et 15% de celle du Sud. 20% sont conservateurs (contre 39% de la population), 38% progressistes (21%). 72% soutiennent l’avortement, 73% le “mariage” homosexuel. Ils ont massivement voté pour Barack Obama en 2008 et sont pour le Parti démocrate l’équivalent des chrétiens évangéliques pour le Parti républicain, rapporte le Pew Research Center (ils comptent pour 24% de ses électeurs). 39% des non-affiliés sont démocrates et 24% penchent pour le parti à l’âne.

Au niveau du rapport à la foi, les États-Unis restent un cas à part au sein des pays industrialisés : en 2012, 58% des Américains jugent que la religion est très importante dans leur vie (61% en 2007) contre 22% des Espagnols, 21% des Allemands, 17% des Britanniques ou encore 13% des Français. Cette même année, 76% des Américains confient que la prière est une partie importante de leur vie quotidienne. C’est le même pourcentage qu’en 1987 !

Mais d’autres chiffres montrent un léger déclin et une normalisation très lente : par exemple, en 2012, 29% des Américains n’assistent jamais à un service religieux contre 25% en 2007. Dans le même temps, 37% pratiquent leur foi au moins une fois par semaine (+1 point par rapport à 2011). En 2012, 80% des Américains prétendaient n’avoir jamais douté de l’existence de Dieu, contre 88% en 1987. Selon Gallup, le pourcentage d’Américains qui pensent que la Bible doit être prise à la lettre à chuté de 38% dans les années 70 et 80 à 31% récemment.

Articles liés

4Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Olizefly , 10 octobre 2012 @ 22 h 08 min

    Ce n’est pas la religiosité des Américains qui est un cas à part au sein des pays industrialisés, c’est l’areligiosité des Européens de l’Ouest qui est un cas à part dans le monde. La “normalisation”, ce serait si les Européens de l’Ouest redéveloppaient leur sens religieux atrophié car ce sens religieux est quelque chose d’aussi naturel pour l’homme que la vue ou l’odorat, il n’y a qu’à observer les sociétés humaines à travers l’histoire pour s’en rendre compte. Sans compter que de toute façon Dieu existe, j’ai eu maintes fois l’occasion de m’en convaincre personnellement. Par contre les athées et les agnostiques ne pourront jamais trouver la preuve définitive de l’inexistence de Dieu car le monde est trop vaste pour qu’ils en fouillent tous les recoins, surtout dans sa partie spirituelle (le “ciel” de la bible) qu’ils ne perçoivent pas comme un aveugle ne voit pas et un sourd n’entend pas, ce qui ne prouve en rien que la lumière et les sons n’existent pas.

  • Eric Martin , 10 octobre 2012 @ 22 h 35 min

    Malheureusement, Olivier, les EU sont l’exception qui confirme la règle : parmi les pays très développés, il y en a très peu où la pratique religieuse quotidienne ou hebdomadaire frôle les 40%, où la Bible est si lue, où les organisations religieuses conservatrices brassent autant d’argent, où les chrétiens tiennent littéralement un des deux grands partis de gouvernement… Malheureusement !

  • Goupille , 11 octobre 2012 @ 13 h 21 min

    Babylone, Babylone…
    Moins de croyants, plus d’obèses.
    Implaccable.

  • Michel , 12 octobre 2012 @ 22 h 10 min

    Ils “ne pourront jamais trouver la preuve définitive de l’inexistence de Dieu” mais non plus celle de Son existence car Il a fait exprès qu’on ne puisse prouver quoique ce soit à Son sujet : la foi doit venir du cœur et non de la raison.

Les commentaires sont clôturés.