Le lobby gay à l’œuvre au sein du Parti républicain

Frank Bruni signale samedi dans The New York Times que Paul E. Singer, 67 ans, un milliardaire gestionnaire d’un hedge fund qui est aussi l’un des plus gros donateurs républicains du pays (il a levé 5 millions de dollars pour Mitt Romney… le mois dernier), se lance dans la bataille pour faire évoluer le Grand Old Party sur la question du “mariage” gay.

“Avec quelques autres grands financiers de Wall Street, il a contribué et aidé à lever la majorité du million de dollars qui a alimenté la campagne pour la légalisation du ‘mariage’ homosexuel à New York” explique le journaliste homosexuel, lui attribuant la responsabilité des votes républicains qui ont fait la différence. Au total, Paul Singer “a donné près de 10 millions de son propre argent pour les initiatives en faveur des droits des gays (…) à New York mais aussi dans le New Hampshire et dans le New Jersey”. Dans la droite ligne de ses engagements passés, il vient de créer un super PAC, American Unity PAC, dont la mission sera d’encourager financièrement les candidats républicains à soutenir le “mariage” homosexuel, en les mettant financièrement à l’abri de tout effet boomerang, dès lors que des lobbies conservateurs et chrétiens s’y opposant cesseraient de les soutenir pour les sanctionner. Singer a un fils gay qui s’est “marié” dans le Massachusetts, comme c’est possible depuis 2004. Il a prévu de doter son super PAC “de quelques millions de dollars” en plus du million de départ.

Selon un sondage Gallup réalisé en mai 2012, 74% des Républicains refusent le “mariage” gay. Toutes tendances politiques confondues, les États-Unis restent très divisés sur cette question : les partisans du “mariage” gay représentent 50% de l’opinion (-3 points par rapport à mai 2011) tandis que ses opposants comptent pour 48% (+3 points).

Lire aussi :
> GOProud n’est plus le bienvenu à la CPAC

Autres articles

2 Commentaires

Les commentaires sont fermés.