Fronde Démocrate contre Obama

Si beaucoup d’élus Républicains ne font pluss les yeux à John Boehner, le président de la Chambre des Représentants, pour le compromis budgétaire qu’il a passé avec Harry Reid et Obama, le jugeant insuffisant en matière de coupes dans les dépenses pour cette fin d’année fiscale, de manière inversement proportionnelle, des élus Démocrates commencent à exprimer leurs distances voire leur franche opposition à Obama.

Parlant sous condition de l’anonymat à une journaliste de The Daily Beast, « un élu Démocrate de premier plan » selon elle, ne mâche pas ses mots :

  • « J’ai été très déçu par cette administration au point que j’ai comme honte de l’avoir soutenue. Tout cela est si mauvais que plusieurs d’entre nous s’interrogent pour savoir s’il n’y aurait pas moyen de remplacer [Obama] ? De la manière dont on pourrait s’en débarrasser. Personne ne dit publiquement [qu’on voudrait le voir partir], mais beaucoup de personnes le souhaitent. Il ne faut jamais dire jamais ».

Élu Démocrate de l’Ohio, Dennis Kucinich, qui n’est pas ordinairement avare en critiques d’Obama, prétend, encore, qu’il ne s’opposera pas à son investiture l’an prochain, mais se fait menaçant quant au soutien des Démocrates du Congrès :

  • « Les Démocrates du Congrès vont devoir se réaffirmer. Au lieu d’attendre que la Maison Blanche nous fournisse l’orientation, c’est nous qui allons donner l’orientation à la Maison Blanche ».

Une qui ne décolère pas – et qui a même voté contre le compromis budgétaire –, c’est Nancy Pelosi. L’ancienne président de la Chambre des Représentants, quand les Démocrates la contrôlaient, devenue président du groupe désormais minoritaire de la Chambre, n’a toujours pas “avalé” d’avoir été exclue de la négociation sur le compromis à la Maison Blanche. Il faut dire que c’est bien la première fois que, sur un sujet politique d’importance, Obama ne la consulte pas.

Le président du Congressional Black Caucus (le groupe des élus Afro-Américains du Congrès), Emanuel Cleaver, député Démocrate du Missouri, s’est déclaré également très mécontent du compromis passé et accepté par Obama :

  • « Le temps me manque pour dire toutes les raisons pour lesquelles [ce compromis] viole nos valeurs ».

D’ailleurs, la chute d’Obama dans l’opinion publique des Afro-Américains s’amorce. Le président a perdu 3 points, passant de 95 à 92 % de satisfaits. On dira qu’entre 95 et 92 % la différence est négligeable… Pas vraiment, car si Obama a obtenu 16 millions de votes Afro-Américains en novembre 2008, cela veut dire qu’il vient d’en perdre 500 000.

Avis de gros temps pour le locataire de la Maison Blanche…

 

Autres articles