Référendum sur le « mariage » gay dans le Maine : les conservateurs en retard, l’Église catholique en retrait… et un jeune couple pour dynamiser la campagne

La coalition Protect Marriage Maine (Christian Civic League of Maine, National Organization for Marriage, etc.) a annoncé mercredi avoir embauché un couple marié : Matt Hutson, qui a travaillé aux côtés de Bobby Jindal, le gouverneur de Louisiane, ou encore de Rick Santorum, ancien candidat à l’investiture républicaine, sera directeur de la campagne, son épouse, Megan, coordinatrice.

Ces deux chrétiens fervents “croient fermement en la sainteté du mariage” et comptent “travailler sans relâche afin de protéger le mariage traditionnel”, “pour les générations actuelles et futures de Mainoises et de Mainois”. Bob Emrich, le révérend Président de la coalition, s’est félicité de ce choix, qualifiant le couple d’“excellent ajout à notre équipe”.

Matt et Megan Hutson vont avoir fort à faire : face à eux, la Maine Freedom to Marry Coalition rassemble 16 organisations et peut compter sur des soutiens de taille comme celui de Chris Hughes, 28 ans, co-fondateur de Facebook (il en possède 1%), propriétaire et rédacteur en chef de The New Republic. Ouvertement gay et très militant, il a promis 100 000 dollars en mai dernier. Au premier trimestre, les lobbies gays ont levé 106 000 dollars (et dépensé 18 000 dollars) contre 1 700 pour les défenseurs du mariage naturel (0 dépensé). Entre le 1er janvier et le 17 juillet, les premiers avaient levé 1,1 million de dollars (venant pour les deux tiers du Maine) et assuraient que leurs bénévoles avaient déjà parlé à 100 000 électeurs. Coût de leur campagne : 550 000 euros depuis le début de l’année.

Les seconds affichaient un peu plus de 42 000 dollars au compteur des dons (et 31 000 à celui des dépenses) mais ne semblaient toutefois pas préoccupés par cette différence de moyens : leurs levées de fonds ont tout juste commencé et se feront par le biais de 150 à 200 églises et temples de l’État. Visant le million, ils savent d’avance qu’ils recueilleront moins que les lobbies gays (qui espèrent 5 cinq fois plus). Une différence de moyens déjà constatée en 2009 (bien que moindre), ce qui n’avait pas empêché une nette victoire des défenseurs du mariage naturel.

Mais, contrairement à 2009 où elle avait donné 500 000 dollars (et essuyé de nombreuses critiques), l’Église catholique n’a pas prévu de participer aussi activement à la campagne. L’évêque (sur le départ), Mgr Richard Malone, a écrit aux 185 000 catholiques de l’État une lettre pastorale de 22 pages intitulée “Mariage : hier… aujourd’hui… toujours” et souhaite cette fois-ci se concentrer sur l’enseignement, à la grande déception de Protect Marriage Maine et, comme vous l’imaginez, à la grande satisfaction de Maine Freedom to Marry Coalition qui a même jugé l’initiative “appropriée” par la voix de David Farmer, son porte-parole…

Le 6 novembre prochain, les habitants du Maine devront répondre à la question suivante : “Souhaitez-vous autoriser l’État du Maine à délivrer des licences de mariage aux couples de même sexe ?”

Le Parlement du Maine a tenté de légaliser le mariage homosexuel en 2009. Sans succès, puisque la loi promulguée le 6 mai 2009 a été abrogée par un référendum populaire le 3 novembre suivant (53% contre 47%, malgré l’unanimité des médias locaux en faveur du “mariage” gay et 3,1 millions de budget pour Stand for Marriage contre 4,6 pour Protect Maine Equality). En 2012, l’organisation EqualityMaine a réuni suffisamment de signatures (près de 60 000) pour pouvoir reposer la question aux Mainois.

Autres articles

1 Commentaire

Les commentaires sont fermés.