Le Parlement du Michigan interdit l’avortement par naissance partielle

Lansing (Michigan). La Chambre des représentants et le Sénat ont chacun décidé d’interdire l’avortement par naissance partielle* mercredi, mais doivent encore se mettre d’accord sur la version finale du texte à envoyer au gouverneur républicain Rick Snyder pour qu’il le promulgue, ce qui ne devrait pas poser de difficulté selon une porte-parole. “Une victoire”, a estimé dans la foulée l’organisation Right to Life of Michigan. Le projet de loi a été soutenu par les élus du Grand Old Party, majoritaires dans les deux assemblées, mais aussi par des Démocrates, en rupture avec leur formation sur cette question. 

L’interdiction a été votée par 29 voix (dont 3 démocrates) contre 8 au Sénat et par 75 voix (dont 12 démocrates) contre 33 à la Chambre des représentants.

Pratiquer un avortement par naissance partielle sera désormais punissable de deux années de prison et d’une amende de 50 000 dollars. Le Michigan avait promulgué des lois similaires à plusieurs reprises, mais des tribunaux les avaient jugé inconstitutionnelles. Selon Ed Rivet, le directeur des affaires législatives à Right to Life of Michigan interrogé par The Detroit News, cette nouvelle “version” est “à l’abri de la contestation judiciaire”, c’est-à-dire conforme à la décision de la Cour suprême de 2007 validant une loi fédérale de 2003 interdisant ce type de pratiques. Selon ses partisans, une interdiction du Michigan permettra de juger plus facilement les affaires d’avortements par naissance partielle dans l’Etat.

L’ancien gouverneur démocrate du Michigan Jennifer Granholm avait opposé un veto à l’interdiction votée par l’Assemblée législative en 2008.

* L’avortement par naissance partielle consiste à faire sortir les jambes et le torse du fœtus, puis à aspirer le contenu de sa boîte crânienne pour faciliter l’extraction de la tête…

Autres articles

Les commentaires sont fermés.