Le Soljenitsyne cubain n’est plus

Oswaldo Paya, le plus célèbre dissident cubain vient de décéder d’un accident de voiture à l’âge de soixante ans. Pour beaucoup de Cubains et à travers le monde, il symbolisa un esprit de résistance à l’encontre d’un régime tyrannique.

Né en février 1952 et élevé dans une famille catholique, Oswaldo Paya assiste enfant à la prise du pouvoir de Fidel Castro et à l’instauration du régime communiste. Obligé d’accomplir son service militaire, il s’y distingue en étant sévèrement puni (trois ans de travaux forcés) pour avoir refuser de convoyer un groupe de prisonniers… En 1988, il fonde le Mouvement de Libération Chrétien, organisation non-gouvernementale de laïcs catholiques. En 1992, il annonce son intention de se présenter aux élections législatives cubaines à l’Assemblée nationale du pouvoir populaire mais la police l’en empêche en l’arrêtant l’avant-veille du scrutin. En 1997, Paya et d’autres membres du MLC recueillent plusieurs centaines de signatures en faveur de leur candidature, ce qui constitue une première dans le Cuba castriste, même si la candidature fut rejetée par les autorités. En 1998, Paya lance le projet Varela qui recueille plus de 10 000 signatures en faveur d’un changement législatif à Cuba, via un référendum national. C’est en 2002 que Paya présente l’ensemble des pétitions à l’Assemblée nationale, récidivant en 2004 avec 14 000 signatures supplémentaires. En 2003, il lance un processus de dialogue national au cours duquel environ 12 000 Cubains participent à plus de 3 000 groupes de débat sur l’avenir politique de leur pays.

Son action est reconnue sur le plan international puisqu’en 2002, il reçoit le Prix Sakharov pour la liberté de penser et qu’en 2005, il est nominé pour le Prix Nobel de la paix par l’ancien président tchèque Václav Havel, en même temps que les autres dissidents cubains Raul Rivero et Óscar Elías Biscet. Signalons que, contrairement à bien d’autres dissidents cubains, il refusa toute aide des États-Unis, ne pensa jamais à s’exiler et condamna l’embargo américain.

C’est donc un homme de courage et d’engagement qui vient de disparaître, un résistant, un patriote, un chrétien fervent.

Articles liés

1Commentaire

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • jean-françois MARY , 24 juillet 2012 @ 10 h 42 min

    Il y a parfois des accidents de la route qui arrangent bien les choses,

    Un nouveau Croisé.

Les commentaires sont clôturés.