Françoise Hostalier regrette l’abandon des charges contre DSK

Françoise Hostalier, députée UMP du Nord, juge dans un communiqué que l’abandon des charges contre Dominique Strauss-Kahn par le procureur Cyrus Vance Jr est “étonnant et très choquant”. “En France, ce serait un déni de justice” explique la conseillère nationale de l’UMP chargée des Droits de l’Homme. Cette affaire “aura au moins révélé le vrai visage de celui qui aurait pu devenir candidat à la présidence de la République française”. “La politique française est débarrassée d’un individu indigne de toute représentation démocratique”, se réjouit-elle néanmoins.

Autres articles

3 Commentaires

  • lg , 23 Août 2011 à 17:17 @ 17 h 17 min

    si elle voit clair, que reste t-elle faire à l’Ump ?

  • Matamaures , 23 Août 2011 à 22:02 @ 22 h 02 min

    Moi aussi je suis choqué, mais qu’y pouvons-nous, l’argent peut tout…

  • Gomez Aguilar , 23 Août 2011 à 22:09 @ 22 h 09 min

    N’importe quoi… Il y a abandon des charges car le dossier est vide. En dehors des mensonges continuels de Diallo depuis le premier jour, il n’y a RIEN. Une relation sexuelle a probablement eu lieu. Bon. Point barre. C’est tout ce qu’il y a dans le dossier.
    Quand un homme est mis en accusation, et d’abord littéralement laminé par un procureur très remonté contre lui… Puis qu’il est finalement l’objet d’un non-lieu lorsque le procureur, en cours de route, s’est honnêtement rendu compte que l’accusatrice était une menteuse, une affabulatrice, une mythomane et une manipulatrice qui a menti avant, pendant et après… Eh bien, ça, ce n’est pas un “déni de justice”. C’est LA justice.
    Faudrait expliquer les choses doucement et pédagogiquement à cette neuneu de “députée UMP du Nord”.
    Je n’aurais certainement pas voté DSK, inutile de le dire, ce n’est pas ma tasse de thé (quoi qu’au fond, il aurait sans doute été le moins calamiteux des socialos, parce la gauche comme ça, ça ressemble quand même beaucoup à la droite…). Mais qu’il ait été une victime dans cette affaire, c’est une évidence. Lui seul a été la victime. Et en grande partie, victime du politiquement correct : une femme, noire, musulmane, pauvre (soi-disant), immigrée, et qui se plaint de violence sexuelle, a priori elle ne peut surtout pas mentir! C’est THE victime par définition… On connaît la mentalité de la bien-pensance…

Les commentaires sont fermés.