64
Ecrit le 21 jan 2014 à 11:15 par Christine Tasin dans Poing de vue
 
 

Droit de réponse de Christine Tasin à l’article de Thibault Martin paru le 21 janvier sur Nouvelles de France

image_pdf

Diable, je « collaborerais » (le mot est suggestif et pas choisi au hasard, n’est-ce-pas…) à la minute de haine orchestrée par le ministre de l’Intérieur ? Il faudrait que l’auteur de l’article soit un peu plus sérieux quant à ses sources. J’ai dû publier 3 ou 4 articles, au moins, condamnant non pas la minute de haine mais les manières dictatoriales de Valls, pour qui j’ai un profond mépris. Je sais que la jurisprudence de l’affaire Dieudonné peut sonner le glas de toute liberté d’expression en France et je l’ai dit. Pour autant, aurais-je dû hurler avec les loups pour soutenir l’inacceptable ?

L’inacceptable, ce sont les propos et prises de position de Dieudonné décidé, – il le dit clairement à la télé iranienne – à islamiser la France et à mondialiser le combat palestinien  dans un ridicule et manichéen combat « antisionique ». Je ne reviendrai pas ici sur le non-sens de ce combat, je renvoie les lecteurs à l’article que j’ai écrit sur le sujet. J’avoue être dubitative pour ne pas dire inquiète devant le nombre de nos concitoyens qui avalent de telles billevesées et croient de bonne foi que Dieudonné aurait inventé l’eau tiède en révélant les causes (ou plutôt les personnes et, mieux encore, la communauté), cachées de tous nos maux. Peu importe à ses yeux et aux leurs que le nombre d’athées et de chrétiens soit largement supérieur à celui des juifs dans les conseils d’administration des think tank, Terra Nova, Bilderberg et autres parlements nationaux qui depuis des dizaines d’années nous entraînent droit dans le mur. Peu importe  que depuis les années 40 il n’y ait pas aucun Président de la République juif et seulement deux premiers ministres juifs (Mendès France et Fabius) en France. Peu importe que l’Union européenne qui ne fait pas de cadeaux à Israël déverse année après année des directives et des lois nous enjoignant de perdre notre identité en accueillant une immigration majoritairement musulmane tout en finançant les terroristes de Gaza… Peu importe tout cela, puisque « les sionistes sont les ennemis de l’islam ». C’est Dieudonné qui le dit. Et cela en fait à ses yeux des gens à montrer du doigt et à faire disparaître.

Et il faudrait que je participe à la curée « anti-sioniste » pour faire plaisir à Thibault Martin ? Merci bien, très peu pour moi. D’autant que les 57 pays musulmans ne me font guère envie. D’autant que l’Eldorado de Dieudonné, cet Iran de Khomeiny qui donne des étincelles dans ses yeux est un repoussoir à fuir, comme en témoignent trop de femmes, lire à ce sujet le livre d’Elisabeth Lalesart, Pas de voile pour Marianne ! Pour que la France ne devienne jamais l’Iran.

Alors je veux bien que des provocateurs intelligents comme Dieudonné et Soral aient imaginé la perversion de faire chanter la Marseillaise et agiter le drapeau français alors qu’ils conchient la République – sioniste, forcément, n’est-ce-pas – (et donc ses symboles) à longueur de discours, mais il me semble que des yeux ouverts ne devraient pas se laisser berner de cette façon. Parce que, tout de même, quand on accepte de laisser l’Iran financer à hauteur de 3 millions d’euros la campagne « anti-sioniste » de 2009 c’est qu’on a bien peu de respect et d’amour pour son pays. Parce que, tout de même, quand Dieudonné me dit dans un débat qu’il est normal que son fils refuse les cours d’histoire parce que ce n’est pas « son » histoire qui est enseignée en France, ça en dit long sur l’intégration et l’amour de son pays du quidam.

Je ne sais qui est le public de Dieudonné et cela m’importe peu. Mais je sais qui sont ses adeptes, qui sont ceux qui crachent sur la France et les Français. Et il est légitime de ne pas vouloir se retrouver dans une manifestation aux côtés de prosélytes de l’islam réclamant à Hollande toujours plus d’accommodements raisonnables et le droit au port du voile partout. C’est contraire à mon combat depuis des années. Que l’on ne soit pas d’accord et que l’on voie les choses autrement, c’est une chose, que l’on tente de me traîner dans la boue parce que je suis cohérente avec mes engagements, au nom d’une illusoire efficacité d’une manifestation pour « dégager » Hollande est malhonnête. Si cette manifestation fait peur au gouvernement et qu’il met la pédale douce dans ses « réformes », ce sera bien, et c’est ce à quoi j’aspirais en annonçant mon soutien à la manifestation du 26 avant que l’affaire Dieudonné ne me contraigne à faire machine arrière.

Passons sur le sujet et glissons sur la diffamation auto-détruite par l’auteur de l’article qui m’accuse de vouloir tirer dans le tas des musulmans tout en ayant la correction (et je l’en remercie) de citer in extenso le passage en question qui prouve, simplement, que je ne parle que de tirer dans le tas des fanatiques, terroristes mettant en danger les simples citoyens si un jour on se trouvait dans la situation imaginée dans l’article paru sur Boulevard Voltaire.Je remarque que cet angle d’attaque, particulièrement malhonnête, a été utilisé d’abord par Le Nouvel Observateur, et qu’à présent, sur les nombreuses chaînes où il se produit, le salarié du Qatar, Claude Askolovitch, somme la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, de me faire inculper.

Pour le reste, nous revoici plongés dans des débats éthiques, je ne sais où j’aurais attaqué les mères, moi qui juge la maternité comme un des plus beaux cadeaux qui soit fait aux femmes, passons encore. Je suis pour le libre choix de l’avortement donné aux femmes, oui, et l’auteur de l’article y est opposé. Vieux débat qui m’a opposée un jour à Oskar Freysinger, débat que l’on peut voir sur le site Enquêtes et Débat. J’ai la faiblesse, moi qui à titre personnel n’aurais pour rien au monde voulu avorter, de ne pas vouloir voir revenir le temps des femmes mourant sur une table de cuisine après un curetage effectué à l’aiguille à tricoter ; que voulez-vous, chacun a ses faiblesses. J’ai aussi la faiblesse de ne voir aucun inconvénient à ce que deux hommes ou deux femmes valident officiellement leur amour devant monsieur le Maire comme peuvent le faire des couples hétéros. Et les nombreux pays où ce mariage existe me donnent raison, il n’y a pas eu de catastrophe sociétale… Mais qu’importe. Chacun a droit à son éthique, à ses choix et nous avons la chance de pouvoir encore débattre et voter sur tous ces sujets. Justement parce que nous ne sommes pas dans une société musulmane, et si je n’étais pas, déjà, pro-avortement, je le deviendrais à coup sûr en lisant ce qui est aux yeux de Thibault Martin un argument, le refus de l’avortement (et du mariage homo, bien évidemment, dans un système  qui condamne l’homosexuel à la peine de mort…) dans l’islam qui me conforte. Ce n’est surement pas dans une société islamique que je voudrais vivre. Et je me lèverai toujours contre tous ceux qui voudraient nous l’imposer, qu’ils s’appellent Dieudonné, Soral ou Valls, et tant pis si cela déplaît à Thibault Martin.

GD Star Rating
a WordPress rating system

Droit de réponse de Christine Tasin à l’article de Thibault Martin paru le 21 janvier sur Nouvelles de France, 3.2 sur 5 basé sur 66 votes

Mots-clés : , , , , , , , , , , , ,


Christine Tasin

 
Avatar de Christine Tasin