Deux décennies après s’être libérés du joug soviétique, les pays baltes refusent obstinément le nouveau totalitarisme LGBT

Malgré plusieurs condamnations du Parlement européen à leur encontre, en 2009 et en 2012, Lituanie, Lettonie et Estonie ne semblent pas près de s’engager dans la voie choisie par certains pays du continent. Si on parle aujourd’hui beaucoup de la loi russe interdisant toute propagande homosexuelle vis-à-vis des mineurs, c’est dès 2009 que la Lituanie a introduit une loi équivalente avec pour objectif de protéger les enfants lituaniens contre la promotion des modes de vie des milieux homosexuels militants. Les parlementaires lituaniens nient tout harcèlement contre les homosexuels, ils refusent tout simplement que leur soit imposé un style de vie bien particulier et que l’orientation sexuelle de personnes privées envahisse la sphère publique. Chose curieuse dans des pays comme la France et la Grande-Bretagne où l’on assiste à une inversion des valeurs, c’est à l’heure où la sexualité sort du domaine de la vie privée que l’on cherche en même temps à chasser la foi religieuse du domaine public. Les Lituaniens refusent cette évolution quitte à s’exposer à des pressions européennes au même titre que la Hongrie, également condamnée par le Parlement européen en 2012, en même temps que la Lituanie et la Lettonie, pour ses lois prétendument homophobes. Quand on a voulu promouvoir il y a quelques années les modes de vie homosexuels dans les transports en commun de la ville lituanienne de Kaunas, les chauffeurs de trolleybus se sont mis en grève et la ville a dû se retirer de son projet. Une majorité de Lituaniens soutiennent des lois plus rigoureuses contre la propagande gay et 60 % d’entre eux considèrent l’homosexualité comme une déviation sexuelle qui ne doit pas être encouragée.

Quant à la Lettonie, elle a jugé bon en 2005 d’inscrire la nature du mariage dans sa constitution, comme l’ont fait d’autres pays de la région (Pologne, Hongrie…) afin de se protéger contre les projets de redéfinition du mariage et d’ouverture de l’adoption d’enfants à des duos d’hommes ou de femmes (ou autres configurations éventuelles). Alors que sa constitution stipulait auparavant que « l’État protège et soutient le mariage, la famille, les droits des parents et les droits des enfants », elle précise désormais que « l’État protège et soutient le mariage – en tant qu’union entre un homme et une femme –, la famille, les droits des parents et les droits des enfants ».

Même en Estonie, au caractère nettement plus scandinave que ses voisins baltes, seuls 34 % des citoyens seraient en faveur d’une redéfinition du mariage en faveur des homosexuels souhaitant se « marier » entre personnes de même sexe.

Attendons-nous à une nouvelle vague d’hystérie collective au Parlement européen et dans les médias : le parlement lituanien va bientôt examiner une nouvelle loi interdisant expressément l’adoption d’enfants par des homosexuels et la reconnaissance des prétendus « changements » de sexe (personne ne sait de toute façon remplacer les chromosomes X et Y, n’en déplaise aux idéologues du genre), et il s’apprête aussi à supprimer la disposition légale existante qui assimile la critique des comportements homosexuels à une incitation à la haine ou à la discrimination.

Source : l’hebdomadaire conservateur polonais Do Rzeczy

 

Lire aussi :

Les Croates ne veulent pas de la loi Taubira ni de l’éducation à la Peillon !

Autres articles

41 Commentaires

  • Monique Neveu , 8 Oct 2013 à 12:43 @ 12 h 43 min

    Le parlement europeen devrait plutot se soucier de fermer les vannes de l’envahissement. Les membres doivent etre tous fous a lier. Je plains ces pays de l’Europe de l’est. Ils ne sont plus sous la faucille et le marteau, ils sont entre le marteau et l’enclume.

  • Antoine , 8 Oct 2013 à 14:49 @ 14 h 49 min

    Ces pays sont courageux. Il ferait bon y vivre, n’est ce pas ?

  • Daniel , 8 Oct 2013 à 16:45 @ 16 h 45 min

    La Pologne, la Hongrie, la Lituanie, sont des pôles de résistance qui n’intéressent pas les participants de la Décérébration Organisation et Déculturation des peuples européens, car ces nations sont petites, voir également infiltrées.

    Par contre, la Russie, c’est comme un pétard qui leur explose à la gueule : c’est grand, cela a des relations cordiales avec plein d’autres pays et une certaine influence, il y a un sous-sol riche que les multinationales américaines ne peuvent pas pénétrer ni envahir, cela fait obstacle un plan d’invasion en Russie, et le pire dans tout cela ….

    .. l’opinion publique tend à être plus favorable envers la Russie qu’envers les médias de leur propre pays.

    Vladimir Putin a donc démontré que Hollande était un gros con, et cela, tout le monde le sait sur la scène politique internationale.

  • Roland , 8 Oct 2013 à 17:05 @ 17 h 05 min

    “Attendons-nous à une nouvelle vague d’hystérie collective
    au Parlement européen et dans les médias .”

    http://www.djsadhu.com/djsadhu-the-collapse-music-video-explained/

  • Républicain non aliéné , 8 Oct 2013 à 17:10 @ 17 h 10 min

    L”idéologie LGBT prolifère par la voie du “dieu” dollar, il ne s’agit en aucune manière d’une évolution des moeurs (les hétéros ne sont pas près de diminuer en nombre) ou des cultures (le concept est exclusivement occidental, non partagé à l’unanimité en son sein et non exportable). Les gens tolèrent mais sans plus. L’exemple de la Russie est le plus visible car c’est une superpuissance mais pas sûr qu’en Chine la chose soit mieux acceptée, pas sûr du tout.

    Et à propos, l’organisation des “Gay Games” à Paris pour 2018 mériterait bien un article…

    Que le bon contribuable sache ce que l’on fait des deniers publics dans une France en crise.

  • Républicain non aliéné , 8 Oct 2013 à 17:13 @ 17 h 13 min

    Non, le niveau de vie y est faible selon nos standards. Mais comme ce sont des pays en développement et que l’idéologie LGBT est un fond de tiroir d’une bourgeoisie occidentale qui s’ennuie, leurs élites sont imperméables au lobbying gay.

  • Charles , 8 Oct 2013 à 17:42 @ 17 h 42 min

    Le parlement “européen” est en réalité europetiste
    sous le controle prussien protestant farouchement anti-Français
    et donc anti-Catholique.

    Le drapeau europétiste sert à masquer l’aigle de Berlin
    qui contrôle Bruxelles pour contrôler Barisse.

    Nous sommes soumis à une occupation monétaire prussienne
    qui se révèle bien plus rentable/efficace qu’une occupation militaire.

    Merkel se déplace a Bruxelles comme un char Tigre.
    Elle est chez elle et rien ne peut lui résister.
    Le tout sous couvert de “construction européenne”.

Les commentaires sont fermés.