Nicolas Sarkozy prend parti contre le « mariage » gay et l’euthanasie

“Mes valeurs pour la France”. Interrogé sur le “mariage” gay dans Le Figaro Magazine de samedi, Nicolas Sarkozy, toujours pas officiellement candidat à sa réélection, déclare : “Je n’y suis pas favorable”.

“En ces temps troublés où notre société a besoin de repères, je ne crois pas qu’il faille brouiller l’image de cette institution sociale essentielle qu’est le mariage”, continue avec justesse le chef de l’État. Surtout, une telle innovation “ouvrirait la porte à l’adoption”. “Je sais qu’il existe, de fait, des situations particulières avec des hommes et des femmes qui assument parfaitement leur rôle parental. Mais elles ne m’amènent pas à penser qu’il faudrait inscrire dans la loi une nouvelle définition de la famille”, déclare Nicolas Sarkozy.

Le contrat d’union civile promis au lobby gay en 2007 ? “Nous ne l’avons pas mis en œuvre parce que nous nous sommes rendu compte qu’il était inconstitutionnel de réserver ce contrat aux seuls homosexuels”, explique Nicolas Sarkozy. Qui oublie au passage de mentionner la levée de boucliers au Parlement encouragée par la mobilisation du Collectif pour l’enfant… “Ce contrat d’union civile aurait porté atteinte à l’institution du mariage. Cependant, j’ai veillé à garantir aux homosexuels les mêmes avantages en termes de succession et de fiscalité qu’aux couples mariés, mais dans le cadre du Pacs”, ajoute le Président.

Une réaction souhaitable d’un point de vue anthropologique mais aussi électoral, quoi que prétende Benjamin Lancar, le Président des Jeunes populaires, qui met un terme aux spéculations les plus folles et qui cloue le bec à tous ceux qui, à droite, font semblant de ne pas voir de différence entre le programme de François Hollande et celui de Nicolas Sarkozy en matière sociétale.

Une telle mise au point du chef de l’État a évidemment provoqué la fureur du Parti communiste qui parle d’“annonces rétrogrades”. Le Parti socialiste accuse de son côté le gouvernement d’“[ignorer] la réalité des familles” et de défendre “un système archaïque”. Sic. Quant au porte-parole de l’Inter-LGBT, Nicolas Gougain, il se déclare “déçu mais pas surpris” par les déclarations de Nicolas Sarkozy qui “[confirme] la position de François Fillon énoncée le 2 février” sur France 2.

 

Vidéo : BFM TV.
L’euthanasie ? “Légalisée”, elle “risquerait de nous entraîner vers des débordements dangereux et serait contraire à nos conceptions de la dignité de l’être humain”, déclare Nicolas Sarkozy. Le Président de la République juge que “la loi Leonetti est parfaitement équilibrée, elle fixe un principe, celui du respect de la vie” et évite toute “obstination déraisonnable”. “Pour le reste, laissons place au dialogue entre le malade, sa famille et le médecin. Cela s’appelle faire preuve de compréhesion et d’humanité. On n’est pas obligé de légiférer sur tout et tout le temps”, conclut-il.

Articles liés

6Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Charles , 10 février 2012 @ 9 h 01 min

    Ceci n’est qu’un positionnement segmentiel parfaitement calculé.
    Il n’y a strictement aucune conviction derrière cette position/posture.

    L’equipe de Nikolas sa simplement choisi le segment d’electeurs lucides
    celui qui rejete l’adoption des petits garçons importés d’Asie.

    Il y a 18 mois,la position UMP etait a l’inverse de cette nouvelle posture

    Effrayant de cynisme.

  • Fikmonskov , 10 février 2012 @ 12 h 02 min

    100% d’accord avec Charles. Ce n’est qu’une réponse aux “points non-négociables” des cathos, donc Sarko a trop besoin.

    Il dira l’inverse aussitôt réélu.

  • Louis , 10 février 2012 @ 16 h 18 min

    Eh bien ça confirme mon impression que le conseil constitutionnel nommé par Sarko ne va pas approuver l’anonymat des parrainages, et que Marine LP risque vraiment de ne pas être présente à l’élection par empêchement.

    Je ne suis pas sûr que Guéant ou Sarko auraient pris de tels risques sans ça.

    Nous ne sommes plus en démocratie.

  • Oratoire Notre-Dame de Fatima , 11 février 2012 @ 15 h 08 min

    « En ces temps troublés où notre société a besoin de repères, je ne crois pas qu’il faille brouiller l’image de cette institution sociale essentielle qu’est le mariage »

    Ah, et en des temps plus cléments, il faudra le légaliser, c’est ça ?

  • Florian , 12 février 2012 @ 15 h 46 min

    “En ces temps troublés où la société saoudienne a besoin de repères, je ne crois pas qu’il faille brouiller l’image de cette institution sociale essentielle qu’est la lapidation des femmes et la torture des homosexuels”, déclare le chef de l’Etat d’Arabie Saoudite.

Les commentaires sont clôturés.