Deux ans et demi après la tragédie, des traces de matériaux explosifs retrouvées sur l’épave de l’avion du Président polonais !

Photo tirée du film « Mgła » (Le Brouillard), un recueil de témoignages des fonctionnaires de la chancellerie du président Lech Kaczyński sur le déroulement des événements avant et après la tragédie du 10 avril 2010.

[Actualisation : « Traces de matériaux explosifs découvertes sur des débris de l’avion du Président polonais : deux versions des faits »]

Exclusivité francophone. Alors que les gouvernements russe et polonais ont publié leurs rapports d’enquête en 2011, l’enquête du parquet polonais suit son cours même si elle est entachée depuis le début de graves négligences. Ainsi, pourquoi avoir attendu deux ans avant d’envoyer une équipe d’experts chargés d’examiner ce qu’il reste de l’épave de l’avion ? Toujours est-il que les procureurs polonais qui, accompagnés d’experts du laboratoire central de criminologie, viennent de passer un mois à Smolensk, auraient, d’après ce qu’affirme depuis ce mardi le quotidien Rzeczpospolita (La République), découvert de très nombreuses traces de TNT et de nitroglycérine, entre autres sur 30 sièges de l’avion, sur sa voilure et sur son fuselage. Si les autorités tempèrent cette découverte en insistant sur le fait que l’origine de ces traces est inconnue et qu’il pourrait s’agir de pollutions dues au terrain sur lequel la catastrophe est survenue, un terrain qui a été le théâtre de combats pendant la Seconde guerre mondiale, on peut se demander pourquoi les commissions d’enquête gouvernementales russe et polonaise n’ont pas elles-mêmes procédé à des analyses exhaustives juste après l’accident (voir notre article « Drame de Smolensk : ‘Nous n’avons pas vérifié l’hypothèse d’un attentat’ » du 17 avril dernier) et pourquoi elles n’ont pas non plus examiné les corps de manière à pouvoir exclure (ou confirmer) la possibilité d’un attentat.

Une enquête sabotée

Des corps qui montrent d’ailleurs a quel point l’enquête a été bâclée par les autorités russes et polonaises : la Pologne, sur décision de son premier ministre Donald Tusk, a accepté immédiatement de confier l’exclusivité de l’enquête à la partie russe qui, dès les premières heures, a paru plus soucieuse d’effacer les traces que de reconstruire le fil des événements. Ainsi, deux ans et demie après le drame, et alors que les rapports d’autopsie n’ont pas encore été remis aux autorités polonaises au complet et que l’épave et les boîtes noires sont toujours aux mains des Russes, les Polonais ont déjà exhumé 8 corps. Tous avaient été maltraités par les enquêteurs russes qui, non contents de les mettre nus dans des sacs en plastiques en faisant croire au famille qu’ils les avaient habillés avec les vêtements remis par les familles, conformément à la tradition catholique polonaise, en ont massacré certaines parties, comme le visage d’Anna Walentynowicz, l’héroïne de Solidarnosc qui avait été à l’origine des grandes grèves du début des années 80, et ont même laissé des déchets (gants, instruments, mouchoirs) à l’intérieur de ces corps. Quatre corps ont aussi été déjà identifiés comme ayant été intervertis. Celui d’Anna Walentynowicz a justement fait parler de lui récemment dans les médias étrangers qui semblent tout juste, à l’exemple d’Arielle Thedrel du Figaro, découvrir que la coopération russo-polonaise et le sérieux de l’enquête n’avaient été que fiction. La semaine dernière, cela a été au tour du corps de Ryszard Kaczorowski, le dernier président polonais en exil avant la chute du régime communiste. Son corps, supposé avoir été enterré dans le panthéon du Temple de la Divine Providence, une basilique en construction tout près de Varsovie, n’était pas non plus le bon comme on le soupçonnait déjà depuis 2010 ! D’autres exhumations sont prévues, même si les autorités se refusent toujours à procéder, malgré les demandes insistantes de certaines familles, à des analyses au rayons X à la recherche de débris de métal dans les os des victimes, des débris dont la présence permettrait de confirmer qu’il y a bien eu une ou plusieurs explosions à bord. Lors de l’autopsie récente du corps d’Anna Walentynowicz, c’est d’ailleurs l’avocat de la famille, d’après ses déclarations, qui a dû contraindre les procureurs présents à sécuriser et cataloguer des fibres de métal trouvées dans le corps.

Des scientifiques qui mettent en évidence au moins deux explosions en vol

Les 22 et 23 octobre, une centaines de scientifiques d’universités polonaises et étrangères se sont rencontrés en colloque à l’Université du Cardinal Stefan Wyszyński de Varsovie pour débattre des causes probables, en l’absence d’accès direct à l’épave et aux boîtes noires, de cette tragédie qui a coûté la vie à 96 personnes, parmi lesquelles le Président Kaczyński et son épouse, ainsi que de nombreux députés, sénateurs, généraux et dignitaires polonais. La tendance générale, chez ces scientifiques indépendants qui ont dû financer sur leurs deniers la tenue de ce colloque, toutes les demandes de subventions adressées aux centres de recherche polonais et aux autorités locales ayant été refusées, c’est de pencher pour la thèse de deux explosions au moins à bord du Tu-154 pendant la phase de décrochage, c’est-à-dire après que les pilotes avaient décidé d’abandonner la procédure d’atterrissage conformément à ce qui découle des copies des boîtes noires et des enregistrements des autres instruments de bord (TAWS, FMS). En plus des théories avancées au printemps (voir notre article « Vous avez dit « théorie du complot » ? » du 25 avril dernier pour plus d’explications), de nouvelles études discutées lors du colloque de Varsovie et portant notamment sur la documentation photographique et satellite du site de la catastrophe ainsi que sur des fragments de débris récupérés en fraude par des journalistes de Gazeta Polska (qui a aussi un site en anglais) vont dans le sens de la thèse d’explosions en vol au niveau de l’aile prétendument arrachée par un bouleau puis du fuselage.

Des témoins qui disparaissent

Autre fait qui vient renforcer les soupçons d’un nombre croissant de Polonais, c’est la tendance des témoins gênants à disparaître dans des conditions troublantes, comme l’adjudant Remigiusz Muś, technicien de bord du Yak-40 gouvernemental polonais qui avait atterri sur l’aéroport militaire de Smolensk une heure avant la catastrophe, et dont les dépositions sur la conversation entre la tour de contrôle et les pilotes de l’avion du Président Kaczyński, qu’il avait écoutée sur la radio du Yak, contredisaient le texte de la transcription officielle du contenu des boîtes noires. Il y en a eu d’autres avant lui, comme le Général Petelicki qui avait dénoncé dans la presse un SMS envoyé le jour de la tragédie par la direction du parti au pouvoir en Pologne à tous ses membres ministres, députés et sénateurs pour leur donner la « bonne » version des événements, à savoir que les pilotes du Tu-154 avaient voulu atterrir à tout prix et qu’ils ne restait plus qu’à établir les responsabilités derrière cette volonté déraisonnable.

Une politique de désinformation lancée dès les premières heures qui ont suivi la catastrophe

Pour rappel, la thèse de l’irresponsabilité des pilotes et des pressions exercées sur eux par le Président Kaczyński avait été lancée, dans les heures qui ont suivi la catastrophe, par les autorités russes, mais aussi par le gouvernement polonais relayé par ses médias amis, dont les milieux proches d’Adam Michnik et de son journal Gazeta Wyborcza auprès de qui la plupart des médias occidentaux, et notamment français, puisent leurs informations sur la Pologne. La même Arielle Thedrel, du Figaro, qui ne manque jamais dans ses articles de qualifier injustement Kaczyński et son parti de nationalistes russophobes, appelle même Adam Michnik « la conscience morale de la Pologne », un qualificatif que je n’ai jamais lu ni entendu en vingt ans passés dans ce pays, même chez les sympathisants de cet ancien opposant au régime communiste, un des piliers de Solidarité, mais aussi grand défenseur depuis vingt ans des anciens dignitaires et agents du régime communiste, fils d’un juif polonais communiste au service de l’Union soviétique dès avant la deuxième guerre mondiale et frère d’un juge stalinien d’après-guerre toujours recherché par la justice polonaise pour ses crimes politiques (il s’est réfugié en Suède qui refuse son extradition). Si je m’acharne sur cette pauvre Madame Thedrel dans cet article, c’est parce que ce qu’elle a écrit dans les colonnes du Figaro sur la tragédie de Smolensk est une représentation particulièrement caricaturale de la manipulation de l’information opérée dans la presse étrangère après la catastrophe de Smolensk.

Toujours est-il que la thèse des pressions exercée sur l’équipage a été formellement démentie en janvier 2012, après une analyse scientifique des enregistrements des copies des boîtes noires faite en Pologne (voir l’article « Pologne – crash de l’avion présidentiel à Smolensk le 10 avril 2010 : contrairement à ce qui a été dit, il n’y aurait pas eu de pressions sur l’équipage » du 14 janvier 2012) et que les enregistrements publiés sur la base de ces copies confirment que les contrôleurs aériens russes avaient fixé l’altitude de décision à 100 m (50 m d’après les déclarations de l’adjudant retrouvé mort chez lui dimanche dernier, ce qui constituerait une violation flagrante par les contrôleurs aériens des règles en vigueur à l’aéroport militaire de Smolensk) et qu’à 100 m du sol le pilote du Tupolev a déclaré « on abandonne », après quoi l’avion a continué sa descente pour des raisons qui restent inexpliquées, avant de commencer à reprendre de l’altitude à environ 20 m du sol, puis d’exploser en vol à 30-40 m du sol d’après une thèse qui pourrait s’avérer aujourd’hui renforcée s’il est confirmé que des traces d’explosifs ont été retrouvées sur les débris de l’appareil.

De notre correspondant permanent en Pologne.

Lire aussi :

« Tragédie de Smolensk du 10 avril 2010 : faut-il une commission d’enquête internationale ? » (4 juillet 2012)
> Artur Dmochowski : « La tragédie de Smolensk, un attentat russe » (entretien publié dans le magazine Nouvelles de France d’avril 2012)

Autres articles

16 Commentaires

  • Riax , 1 Nov 2012 à 22:48 @ 22 h 48 min

    Dans cette affaire de la tragédie de Smolensk, il y a une question qui pourra paraître farfelue aux yeux de personnes averties, mais que ne peut pas manquer de se poser un observateur ordinaire : s’il s’agit bien d’un attentat, pourrait-il avoir été commandité et/ou mis en oeuvre par plusieurs services secrets de pays distincts, quitte à ce que ce soit sous le commandement des seuls russes ? Pour ce qui est des autres pays que la Russie ayant pu être impliqués, on pense, d’abord, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, à la Pologne elle-même, dont les services secrets pourraient abriter des agents protégeant d’anciens communistes ayant collaboré avec le régime soviétique, et, d’autre part, continuant à servir certains intérêts russes. Mais on pense finalement aussi à d’autres pays. Ce qu’il y a d’étonnant à constater, en effet, c’est la quasi-indifférence (plutôt que la sidération), dont on aurait même pu soupçonner qu’elle était de façade (telle un voile devant dissimuler du contentement), que la mort du président Kaczyński et de plusieurs dizaines de hauts dirigeants polonais a provoqué, à l’époque, aussi bien chez les gouvernants d’Europe de l’Ouest que chez ceux de Russie (à vrai dire, pour être honnête, surtout chez les premiers – ce que peut suffire à expliquer le fait que le “crash” avait eu lieu chez les seconds… à moins qu’il ne faille y ajouter un vrai talent d’acteurs chez ces derniers). Pour ce qui est de nous, Français, la raison invoquée du nuage volcanique islandais pour ne pas assister aux obsèques du Président (chose amusante, quand on sait que certains membres de l’élite européenne n’hésitent pas à user du transport automobile sur de grandes distances… et que, tout compte fait, la Pologne n’est pas si loin), alors même que la mesure de la situation éminemment tragique d’un pays venant de perdre la quasi-totalité de ses principaux dirigeants aurait dû être prise, ne doit pas manquer d’être rapprochée de l’absence de tout représentant de l’Etat français à ceux de Soljenitsyne. Et c’est comme si le nuage obscurcissant la compréhension de notre attitude disparaissait, tout d’un coup. Tout ça ayant eu lieu sous un gouvernement censé être de droite.

    Ou alors les Russes auraient-ils été les seuls commanditaires et exécutants de l’attentat, après avoir compris qu’ils avaient une occasion favorable à saisir : le peu d’estime (euphémisme) dans lequel Kaczyński était tenu par les dirigeants et les médias d’Europe de l’Ouest, notamment celle de Bruxelles ? Reste néanmoins à déterminer le mobile. L’histoire du bouclier anti-missile ne tient pas vraiment, comme l’a relevé Marie Genko. Outre que Tusk y était lui aussi favorable, Obama avait renoncé au projet initial voulu par son prédécesseur, quelques mois seulement avant l’attentat, en lui substituant un projet ménageant la Russie, dont les missiles longue portée n’étaient plus concernés. Le mobile pourrait être double : l’entrave que constituait Kaczyński à la tournure idéologique (mondialisme, multiculturalisme et matérialisme), technocratique et liberticide de l’Europe de Bruxelles (simple occasion favorable, en cas d’unique origine russe de l’attentat – hypothèse, malgré tout, la plus vraisemblable), d’une part, et, d’autre part, son intention de poursuivre la décommunisation de la société polonaise, notamment des institutions, ce qui aurait eu pour principaux effets, outre la révélation d’actions criminelles menées autrefois par les communistes, l’engagement de poursuites judiciaires à l’encontre d’anciens soviétiques et de leurs collaborateurs polonais et le démantèlement d’un réseau d’informateurs et d’agents à la solde du gouvernement russe actuel (réseau néanmoins insuffisant pour empêcher le bouclier anti-missile).

    Le bruit particulier des détonations enregistrées autour de l’épave de l’avion, alors que les premiers enquêteurs, et on ose espérer sauveteurs, viennent d’arriver sur les lieux, semblent bien indiquer, en effet, qu’il s’agit de coups de feu (cf. les dix premières minutes du documentaire signalé par Olizefly). Des coups de feu qui ont assurément une sale résonance, et doublement sale, même, pour la raison qui n’aura échappé à personne. Reste l’hypothèse qu’il pourrait s’agir de tirs effectués afin de tenir éloignés les badauds (difficilement repérables à l’intérieur d’une forêt), badauds dont l’auteur de l’enregistrement (resté non identifié par l’auteur du documentaire) – qui se tient manifestement assez éloigné de l’épave et semble agité – pourrait avoir fait partie. Quoique, à vrai dire, si cela avait été le cas, ils auraient sans doute été tirés en plus grand nombre, voire par rafales.

  • Olizefly , 2 Nov 2012 à 11:24 @ 11 h 24 min

    Voici le fameux film amateur juste après la catastrophe où on entend les coups de feux : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=-DbLgBifsTU
    Je ne sais pas si c’est vraiment des coups de feu, mais si ça c’est un avion qui s’est juste écrasé à l’atterissage à 270 km/h, en se faisant arracher un bout d’aile par un simple bouleau, alors moi je suis Jeanne d’Arc !

  • Riax , 3 Nov 2012 à 11:56 @ 11 h 56 min

    En effet, les débris semblent trop éparpillés pour un crash à cette vitesse. Pour ce qui est des détonations, il aurait pu aussi s’agir de munitions de militaires ou de gardes du corps présents à bord, explosant sous le coup de l’incendie. Mais d’autres videos en marge de celle que vous signalez semblent ne laisser aucun doute sur le fait qu’il s’agisse de tirs au revolver ou au pistolet. A moins qu’il ne s’agisse de montages visant à tromper.

    Aurais-je forcé le trait en parlant d’une quasi-indifférence des dirigeants d’Europe de l’ouest ?Si j’ai bonne mémoire, Sarkozy s’était rendu en Pologne, entre l’attentat et les obsèques, et peut-être est-ce celui des dirigeants européens de l’ouest qui s’était montré le plus ouvert au gouvernement de Kaczyński. Quant à Merkel elle n’a pas omis de faire preuve de l’obligeance un peu stéréotypée, quoique certainement sincère, dont savent faire preuve les dirigeants allemands à l’égard des juifs et des polonais.

  • Riax , 3 Nov 2012 à 11:58 @ 11 h 58 min

    J’ai dit attentat. Etonnant. Cela m’a échappé.

  • tintin , 3 Nov 2012 à 17:48 @ 17 h 48 min

    Le bouclier antimissile est la seule cause et une nouvelle démonstration du suicide atomique.

    Les USA affirmaient que le bouclier antimissile était destiné à protéger l’Europe contre les musulmans, donc, la Russie a proposé aux USA de développer conjointement un bouclier antimissible au Nord de la Géorgie.

    Mais les USA refusèrent.

    Puis, les USA ont implanté le bouclier antimissible en Pologne et en Rep. Tchèque.

    Maintenant la Russie est vulnérable.

    L’attaque contre la Pologne est donc une attaque indirecte contre les USA.

    Poutin a par ailleurs expliqué sur la chaine RT (il faudrait retrouver le film), que la russie allait développer les armes électromagnétiques, les armes climatiques, les armes de contrôle de l’esprit, les armes sismiques etc.

    Ils ont déjà ces armes.

    Maintenant, nous entrons donc dans une escalade nouvelle de la terreur, à cause du bouclier antimissible.

    Le bouclier antimissible est légitime, car il est une protection, mais à la seule condition qu’on renonce à l’arme atomique.

    Mais si nous prétendons posséder l’arme atomique et le bouclier antimissible, on prépare une troisième guerre mondiale qui avec l’arme atomique mettra un terme à l’aventure humaine sur terre.

    Ce bouclier antimissile oblige la Chine, la Russie, l’Iran, L’Argentine etc. à démultiplier leurs armes…

  • tintin , 3 Nov 2012 à 18:00 @ 18 h 00 min

    Des munitions qui brûlent n’explosent pas.

    Une munition qui n’est pas chambrée ne peut pas “exploser”, tout au plus elle se projette à 1 ou 2 mètres, tout au plus elle fait l’effet d’un pétard.

    Une munition, une boite de munitions, un chargeur de munition qui brûle, n’explose pas comme dans les films.

    Le bruit que fait un paquet de munition en flamme, est semblable au bruit que font des pétards de carnavals.

    Il doit y avoir des vidéos sur le web qui montrent ce que font des caisses de munitions en flamme…

    En fait pas grand chose.

    C’est la raison pour laquelle on peut stocker des munitions chez soi (tireur sportif etc.) et que le danger en cas d’incendie n’est pas nul, mais limité.

  • Riax , 4 Nov 2012 à 20:35 @ 20 h 35 min

    Un pétard explose, comme vous le reconnaissez vous-mêmes. Ensuite, il suffirait que le lieu et les conditions météorologiques assurent une acoustique particulière pour produire le bruit enregistré.
    Mais, à vrai dire, les coups de feu semblent trop ramassés dans le temps et dispersés dans l’espace (quant à leur origine) pour que cette hypothèse soit la bonne.

Les commentaires sont fermés.